Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 02.djvu/54

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
44
LE VOYAGE DE MONSIEUR PERRICHON

PERRICHON, avec empressement

Très-volontiers ! ne vous gênez pas ! (À l’aubergiste, qui entre.) Ah ! monsieur l’aubergiste, donnez-moi le livre des voyageurs.

Il s’assied à droite et écrit.

DANIEL, à part.

Il paraît qu’il a trouvé sa pensée… la jolie pensée.


PERRICHON, achevant d’écrire.

La !… voilà ce que c’est ! (Lisant avec emphase.) « Que l’homme est petit quand on le contemple du haut de la mère de Glace ! »


DANIEL

Sapristi ! c’est fort !


ARMAND, à part.

Courtisan !


PERRICHON, modestement

Ce n’est pas l’idée de tout le monde.


DANIEL, à part.

Ni l’orthographe ; il a écrit mère, re, re !


PERRICHON, à l’aubergiste, lui montrant le livre ouvert
sur la table.

Prenez garde ! c’est frais !


L’AUBERGISTE

Le guide attend ces messieurs avec les bâtons ferrés.


PERRICHON

Allons ! en route !


DANIEL

En route !

Daniel et Perrichon sortent suivis de l’aubergiste.