Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 02.djvu/70

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ACTE III


Un salon chez Perrichon, à Paris — Cheminée au fond ; porte d’entrée dans l’angle à gauche ; appartement dans l’angle à droite ; salle à manger à gauche ; au milieu, guéridon avec tapis ; canapé à droite du guéridon.




Scène Première


JEAN, seul, achevant d’essuyer un fauteuil


Midi moins un quart… C’est aujourd’hui que M. Perrichon revient de voyage avec Madame et Mademoiselle… J’ai reçu hier une lettre de monsieur… la voilà. (Lisant.) « Grenoble, 5 juillet. Nous arriverons mercredi, 7 juillet, à midi. Jean nettoiera l’appartement et fera poser les rideaux. » (Parlé.) C’est fait. (Lisant.) « Il dira à Marguerite, la cuisinière, de nous préparer le dîner. Elle mettra le pot-au-feu… un morceau pas trop gras… de plus, comme il y a longtemps que nous n’avons mangé de poisson de mer, elle nous achètera une petite barbue bien fraîche… Si la barbue était trop chère, elle la remplacerait par un morceau de veau à la casserole. » (Parlé.) Monsieur peut arriver… tout est prêt… Voilà ses journaux, ses lettres, ses cartes de visite… Ah ! par exemple, il est venu ce matin de bonne heure un monsieur que je ne connais pas… il m’a dit qu’il s’appelait le commandant… Il doit