Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 02.djvu/82

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



DANIEL, saluant.

Moi-même.


PERRICHON

Ah ! sans moi, il ne te payerait pas demain ton dividende.


MAJORIN

Pourquoi ?


PERRICHON

Pourquoi ? (Avec fatuité.) Tout simplement parce que, je l’ai sauvé, mon bon !


MAJORIN

Toi ? (À part.) Ah çà ! ils ont donc passé tout leur temps à se sauver la vie !


PERRICHON, racontant.

Nous étions sur la mer de Glace… Le mont Blanc nous regardait, tranquille et majestueux…


DANIEL, à part.

Second récit de Théramène !


PERRICHON

Nous suivions, tout pensifs, un sentier abrupt.


HENRIETTE, qui a ouvert un journal.

Tiens, papa qui est dans le journal !


PERRICHON

Comment ! je suis dans le journal ?


HENRIETTE

Lis toi-même… là…

Elle lui donne le journal

PERRICHON

Vous allez voir que je suis tombé du jury ! (Lisant.) « On nous écrit de Chamouny… »