Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 02.djvu/84

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


proclame hautement, la presse a du bon ! (Mettant le journal dans sa poche et à part.) J’en ferai acheter dix numéros !


MADAME PERRICHON

Dis donc, mon ami, si nous envoyions au journal le récit de la belle action de M. Armand ?


HENRIETTE

Oh ! oui ! cela ferait un joli pendant !


PERRICHON, vivement.

C’est inutile ! je ne peux pas toujours occuper les journaux de ma personnalité…


JEAN, entrant un papier à la main.

Monsieur…


PERRICHON

Quoi ?


JEAN

Le concierge vient de me remettre un papier timbré pour vous.


MADAME PERRICHON

Un papier timbré ?


PERRICHON

N’aie donc pas peur ! je ne dois rien à personne… Au contraire, on me doit…


MAJORIN, à part.

C’est pour moi qu’il dit ça !


PERRICHON, regardant le papier.

Une assignation à comparaître devant la sixième chambre pour injures envers un agent de la force publique dans l’exercice de ses fonctions.


TOUS

Ah ! mon Dieu !