Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 02.djvu/86

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



MADAME PERRICHON

Voyons, calme-toi !


HENRIETTE

Papa !


DANIEL

Du courage !


ARMAND

Attendez ! je puis peut-être vous tirer de là.


TOUS

Hein ?


PERRICHON

Vous ! mon ami… mon bon ami !


ARMAND, allant à lui.

Je suis lié assez intimement avec un employé supérieur de l’administration des douanes… Je vais le voir… peut-être pourra-t-on décider le douanier à retirer sa plainte.


MAJORIN

Ça me paraît difficile !


ARMAND

Pourquoi ? un moment de vivacité…


PERRICHON

Que je regrette !


ARMAND

Donnez-moi ce papier… j’ai bon espoir… ne vous tourmentez pas, mon brave monsieur Perrichon !


PERRICHON, ému, lui prenant la main.

Ah ! Daniel ! (se reprenant) non, Armand ! tenez, il faut que je vous embrasse !

Ils s’embrassent.