Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 03.djvu/387

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Le théâtre représente un vieux salon gothique donnant sur un parc ; portraits de famille, un meuble moderne en acajou, trois portes au fond. — À droite, premier plan, table servant de bureau. — Au deuxième plan, porte. — À gauche, premier plan, fenêtre. — Deuxième plan, grande cheminée.


Scène première

ADÈLE, TRONQUOY.



Tronquoy, il porte une livrée trop dorée et de mauvais goût. Il se regarde dans la glace, à droite.

Suis-je beau, mon Dieu ! suis-je beau !


Adèle, assise devant un chevalet ; à gauche, peint des fleurs placées dans un vase, sur un guéridon.

Non, je ne pourrai jamais rendre ces tons-là… Le camelia est une fleur décourageante.


Tronquoy.

Et puis ça ne sent rien ; mais patience !… j’ai lu l’autre