Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 03.djvu/395

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Fourchevif.

Et recueilli leur nom…


La Baronne.

Nous ne devions pas contrarier les habitudes du pays.

Tous deux se lèvent.


Fourchevif.

Et puis, baron, c’est gentil, c’est agréable ! ça nous permet de voir la noblesse des environs… Nous boudons, nous complotons, nous parlons de nos ancêtres. (Montrant les portraits.) Voilà les miens ; ont-ils des nez ! Il faudra que je les fasse débarbouiller… je leur dois bien cela. Grâce à eux, à mes relations, je compte me présenter aux prochaines élections du conseil général.


La Baronne.

Et plus tard, qui sait… à la députation.


Fourchevif, vivement.

Oh ! non ; il faudrait aller à Paris.


La Baronne.

Eh bien ?


Fourchevif.

J’y connais tant de marchands de porcelaine ! Voyons, et notre prétendu, quelle réponse ?


La Baronne.

Dame, c’est une mésalliance !


Fourchevif, à part.

Elle est superbe, ma femme… Elle a toujours l’air de revenir des croisades !


La Baronne.

Il y aurait peut-être un moyen.


Fourchevif.

Lequel ?