Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 03.djvu/489

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



grand-bagout *.

(*) Tout le rôle doit être nasillé.

Citoyens, je suis un enfant d’Épernay


crétinot.

Le bureau vous invite à monter à la tribune.


grand-bagout, à la tribune.

Citoyens, ma profession de foi sera courte. Je suis un enfant d’Épernay, mon père est d’Épernay, ma mère est d’Épernay, mes frères sont d’Épernay, et je ne crains pas de le dire, dussé-je m’aliéner vos suffrages, (avec énergie) citoyens, toute ma famille est d’Épernay !


un invité, ne pouvant contenir son enthousiasme.

Bravo !


grand-bagout.

Je ne m’expliquerai pas davantage sur mes antécédents politiques. Je n’ajouterai plus qu’un mot… ma position de fortune est indépendante… J’accepterai les vingt-cinq francs.


tous.

Très bien ! très bien !


pontcharrat.

Cette déclaration fait honneur à vos sentiments. Quelqu’un a-t-il des interpellations à adresser au candidat ?


crétinot, étendant le bras.

Je demande la parole.


pontcharrat, saisissant le bras de Crétinot et gesticulant avec lui.

Citoyens, je ne saurais trop vous engager à diriger principalement vos questions sur la constitution que nous sommes appelés à nous donner.