Page:Laboulaye - Histoire politique des États-Unis, tome 1.djvu/52

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


plus grands, en effet, pour qui en considère le résultat :

ci-gît thomas jefferson,
auteur de la déclaration de l’indépendance américaine,
du statut de virginie pour la liberté religieuse,
et père de l’université de virginie.

La solution que les États-Unis ont donnée au problème vaut-elle mieux que la nôtre ? En émancipant l’Eglise, n’a-t-on pas asservi le prêtre ? Ne l’a-t-on pas mis dans la dépendance absolue de son troupeau ? Les droits du pauvre que l’indigence éloigne des secours spirituels ont-ils été suffisamment défendus ? Je ne veux point discuter en ce moment cette grave question ; mais vous sentez combien elle mérite d’être étudiée, et quel champ d’expérience nous offre un pays où, depuis longues années, tant de sectes diverses vivent et se développent en parfaite liberté.

Je pourrais choisir encore, comme matières de comparaisons curieuses et importantes pour la science et pour nous, la liberté et la diffusion de l’enseignement, l’organisation municipale, la question des banques, celle de la dette publique ; mais je ne veux pas épuiser mon sujet ; j’en ai dit assez pour vous montrer tout ce que nous offre de richesses l’étude du gouvernement américain, et quel profit nous en pouvons tirer.

En vain l’ignorance et la présomption attribuent la prospérité américaine à des causes fatales, telles