Page:Lamartine - Œuvres complètes de Lamartine, tome 1.djvu/239

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
237
POÉTIQUES.

Le Seigneur m’a livré la race criminelle

Des superbes enfants d’Ammon.

Levez-vous, ô Saül ! et que l’ombre éternelle

Engloutisse jusqu’à leur nom !

· · · · · · · · · · · · · · · ·
· · · · · · · · · · · · · · · ·
· · · · · · · · · · · · · · · ·
· · · · · · · · · · · · · · · ·
· · · · · · · · · · · · · · · ·

Que vois-je ? vous tremblez, orgueilleux oppresseurs !

Le héros prend sa lance,
Il l’agite, il s’élance ;
À sa seule présence,

La terreur de ses yeux a passé dans vos cœurs.

Fuyez !… Il est trop tard : sa redoutable épée
Décrit autour de vous un cercle menaçant,
En tout lieu vous poursuit, en tout lieu vous attend ;
Et, déjà mille fois dans votre sang trempée,

S’enivre encor de votre sang.


Son coursier superbe
Foule comme l’herbe
Les corps des mourants ;
Le héros l’excite,
Et le précipite
À travers les rangs ;
Les feux l’environnent,
Les casques résonnent
Sous ses pieds sanglants :
Devant sa carrière
Cette foule altière