Page:Lamartine - Œuvres complètes de Lamartine, tome 1.djvu/243

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


VINGT-HUITIÈME

MÉDITATION



À UNE FLEUR


SÉCHÉE DANS UN ALBUM




1827



Il m’en souvient, c’était aux plages
Où m’attire un ciel du midi,
Ciel sans souillure et sans orages,
Où j’aspirais sous les feuillages
Les parfums d’un air attiédi.

Une mer qu’aucun bord n’arrête
S’étendait bleue à l’horizon ;
L’oranger, cet arbre de fête,
Neigeait par moments sur ma tête ;
Des odeurs montaient du gazon.