Page:Lamartine - Œuvres complètes de Lamartine, tome 1.djvu/438

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
436
MÉDITATIONS

Avec plus d’horreur.

Mais quel rayon sanglant vient frapper ma paupière !
Mon œil épouvanté cherche et fuit la lumière !
Silence !… l’avenir ouvre ses noirs secrets !
Quel chaos de malheurs, de vertus, de forfaits !
Dans la confusion je les vois tous ensemble !
Comment, comment saisir le fil qui les rassemble ?
Saül… Michol… David… Malheureux Jonathas !
Arrête ! arrête, ô roi ! ne m’interroge pas.


SAÜL, tremblant.

Que dis-tu de David, de Jonathas ? achève !


LA PYTHONISSE, montrant du doigt une ombre.

Oui, l’ombre se dissipe et le voile se lève,
C’est lui !


SAÜL.

C’est lui !Qui donc ?


LA PYTHONISSE.

C’est lui ! Qui donc ?David !…


SAÜL.

C’est lui ! Qui donc ? David !…Eh bien ?


LA PYTHONISSE.

C’est lui ! Qui donc ? David !…Eh bien ?Il est vainqueur !
Quel triomphe, ô David ! que d’éclat t’environne !
Que vois-je sur ton front ?


SAÜL.

Que vois-je sur ton front ?Achève !


LA PYTHONISSE.

Que vois-je sur ton front ? Achève !Une couronne !