Page:Lamartine - Œuvres complètes de Lamartine, tome 1.djvu/474

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
472
MÉDITATIONS

Divin secret des cieux,

Que, dans le pur séjour où l’esprit seul s’envole,
Les anges amoureux se parlent sans parole,

Comme les yeux aux yeux ;


Si de ta douce voix la flexible harmonie,
Caressant doucement une âme épanouie

Au souffle de l’amour,

La berçait mollement sur de vagues images,
Comme le vent du ciel qui berce les nuages

Dans la pourpre du jour :


Tandis que sur les fleurs mon amante sommeille,
Ma voix murmurerait tout bas à son oreille

Des soupirs, des accords

Aussi purs que l’extase où son regard me plonge,
Aussi doux que le son que nous apporte un songe

Des ineffables bords.


Ouvre les yeux, dirais-je, ô ma seule lumière !
Laisse-moi, laisse-moi lire dans ta paupière

Ma vie et ton amour :

Ton regard languissant est plus cher à mon âme
Que le premier rayon de la céleste flamme

Aux yeux privés du jour.






L’un de ses bras fléchit sous son cou qui le presse,
L’autre sur son beau front retombe avec mollesse,