Page:Lamartine - Œuvres complètes de Lamartine, tome 1.djvu/529

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


HUITIÈME

MÉDITATION



ADIEU À GRAZlELLA




1813


Adieu ! mot qu’une larme humecte sur la lèvre ;
Mot qui finit la joie et qui tranche l’amour ;
Mot par qui le départ de délices nous sèvre ;
Mot que l’éternité doit effacer un jour !

Adieu !… Je t’ai souvent prononcé dans ma vie,
Sans comprendre, en quittant les êtres que j’aimais,
Ce que tu contenais de tristesse et de lie
Quand l’homme dit, Retour ! et que Dieu dit, Jamais !