Page:Lamartine - Œuvres complètes de Lamartine, tome 2.djvu/198

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


AVERTISSEMENT




Voici quatre livres de poésies écrites comme elles ont été senties, sans liaison, sans suite, sans transition apparente : la nature en a, mais n’en montre pas ; poésies réelles et non feintes, qui sentent moins le poëte que l’homme même ; révélation intime et involontaire de ses impressions de chaque jour ; pages de sa vie intérieure, inspirées tantôt par la tristesse, tantôt par la joie, par la solitude ou par le monde, par le désespoir ou l’espérance, dans ses heures de sécheresse ou d’enthousiasme, de prière ou d’aridité.

Ces Harmonies, prises séparément, semblent n’avoir aucun rapport l’une avec l’autre ; considérées en masse, on pourrait y retrouver un principe d’unité dans leur diversité