Page:Lamartine - Œuvres complètes de Lamartine, tome 3.djvu/191

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


COMMENTAIRE


DE LA HUITIÈME HARMONIE




Ces strophes au rossignol ont été écrites à Saint-Point, dans le petit bois de haute futaie dont il ne reste que trente-deux arbres, auprès de la source et du bassin.

Depuis que la nécessité m’a contraint à vendre presque tous les beaux arbres, les rossignols ne viennent plus. C’est là aussi que j’ai écrit le premier volume de Jocelyn ; le second volume, sur le pont de mon navire et sous les cèdres du mont Liban.