Page:Lamirault - La Grande encyclopédie, inventaire raisonné des sciences, des lettres et des arts, tome 19.djvu/475

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


— 461 —

GROSVENOR — GROTEFEND

Richard, tils du procèdent, né le 27 janv. 1795, mort le 31 oct. 1869, fut longtemps le représentant de Chester à la Chambre des communes et appartint au parti libéral. Il succéda à son père dans le titre de marquis de Westminster en 1845, et fut, de 1845 à 1867, lord lieutenant du Cheshire et de 1830 à 1852 intendant de la maison royale. Il avait épousé Elisabeth-Marie Leveson-Gower qui a écrit Narrative of a yacht voyage in the Mediterranean (Londres. L842, 2 vol. in-8).

Hugh-Lupus, tils du précédent, né en 1825, est le représentant actuel de la famille. 11 a été nommé grand écuyer en 1880, lord lieutenant du Cheshire en 1883 et lord lieutenant du comté de Londres ; il a été créé duc de Westminster en 1874.

Tous les membres de la famille Grosvenor se sont passionnés pour les courses et ont eu des écuries renommées et des succès brillants sur le turf. Ils ont formé une magnifique galerie de peinture dont Y. Young a dressé un catalogue (Londres, 18-21, in-4). R. S.

GROSVILLE. Com. du dép. de la Manche, arr. de Cherbourg, cant. des I’ieux ; 837 bah.

G ROTE (Hatriet), femme de lettres anglaise, née près de Southamptonle l er juil. 1792, morte àShierele 29déc. 1878. Fille de Thomas Lewin, elle épousa en 1828 l’historien George Grote(V. ci-après). Elle aida son mari dans ses travaux et contribua aie faire connaître en établissant des relations amicales entre lui et les plus grands hommes d’Etat et publicistes européens du temps. Musicienne accomplie, elle fut très liée avec Mendelssolm. Citons parmi ses écrits : Memoir of the life of Ary Scheffer (Londres, 1860) ; Collectai Papers (4862) ; The Personal Life of G. Grote (Londres, 1873) ; The Philosophical liadicals of /$32(1866) ; A Briefretrospectof the political events of 1831-32 (1878).

GROTE (George), historien et homme d’Etat anglais, né à Clay Hill (comté de Kent) le 17 nov. 1794, mort le 18 juin 1871. D’une famille d’origine allemande, fils d’un grand banquier, il fut élevé au collège de Chartehouse. Il entra à l’ùge de seize ans dans la maison de banque de son père, mais n’en continua pas moins pendant toute sa vie à consacrer ses loisirs à l’étude des littératures anciennes en même temps qu’il prenait part aux agitations politiques de son temps. En 1821, il publia une brochure anonyme ou il combattait ÏEssay on Parliamcnlary Reform, de sir James Mackintoseh. Un peu plus tard, il écrivit un petit écrit intitulé On the Essentials of Parliamentary Heform. En 1830 et 1831, il prit une paît active aux agitations publiques et s’attacha au parti radical. Elu en déc. 183"2 à la Chambre des communes par la ville de Londres, il s’attacha surtout à l’établissement du scrutin secret pour les élections des membres de la Chambre des communes, motion qu’il porta à la tribune à plusieurs reprises avec une grande force d’éloquence et d’arguments. Mais il ne put triompher de la résistance des conservateurs et des répugnances d’une grande partie des whigs ; découragé de la politique, après avoir fait partie de trois sessions parlementaires, il abandonna son siège en 1811 ; peu d’années après, il quitta aussi sa maison de banque pour se consacrer uniquement à des travaux d’histoire et spécialement à sa fameuse History ofGreece (Londres, 1846- 56, 12 vol., rééditée en 1883) qu’il avait commencée dès 1823. Elle comprend toute la période qui s’étend des premiers temps de la Grèce légendaire jusqu’à la mort d’Alexandre le Grand. Les goûts républicains de l’auteur se montrent à plusieurs reprises dans son étude de la démocratie athénienne. L’Histoire de la Grèce expose le développement du génie grec au milieu des autres peuples qui restent stalionnaires. La critique et l’érudition de Grote rendent son travail précieux ; en rompant avec Vévhémérisme (V. ce mot) et les divers systèmes d’interprétation mythologique, il a rendu service à la science. Bien que les dissertations critiques refroidissent un peu l’intérêt de son œuvre, que le style en soit lourd et qu’il n’y ait pas uue exacte proportion entre les premiers et les derniers volumes, l’histoire de Grote est un des grands ouvrages historiques de notre siècle. Il a publié encore : Plaio and the other comportions of Socrates (1864, rééd. en 1885). En 1833, l’université d’Oxford et en 1868 celle de Londres lui décernèrent des titres d’honneur. Après sa mort, il fut placé à côté de Gibbon à Westminster. Il parut après sa mort : Ninor Works with eritical remarks (1873) ; Fragments on ethical subjects (1876) et Scven Letters concerning the politics of Switzerland pending the outbreak of the civil War in 1811 (1876), curieuse monographie historique. Sa femme a publié sa biographie. I’h. B. GROTE (Hennann), mumismatiste allemand, né à Hanovre le 28 déc. 1802. Conservateur du cabinet des médailles du roi de Hanovre, il s’est spécialement consacré à l’étude des monnaies du moyen âge. H a publié ses travaux dans une série do fascicules intitulés Mûnzstudien formant 9 vol. in-8 (Leipzig, 1857-1878). Il a en outre fondé les Ulœtter fur Mûnzkunde (1835-38) et les Blœtter fur Munzfreunde (1874-81).

Bibl. : Autobiographie dans Mùnzsludicn, t. VII, p. 145. GROTE (Jacob-karlovitch), savant russe, né à Saint-Pétersbourg le 15 déc. 1812, mort en 1893. Il- fit ses études au lycée de Tsarskoïé-Selo. Il devint professeur de littérature russe à l’université d’Helsingfors et à celle de Saint-Pétersbourg. Il fut aussi chargé d’enseigner la littérature russe à Alexandre III. Il fut nommé en 1855 membre de la deuxième section de l’Académie des sciences (section de langue et de littérature russe). Il a publié, outre quelques traductions de l’anglais et du suédois, un Dictionnaire russe-suédois et suédois-russe, de nombreux ouvrages relatifs à l’histoire de la Russie, de sa langue ou de sa littérature : Excursions en Finlande (Saint-Pétersbourg, 1847) ; Essais littéraires (Helsingfors, 1848) ; Matériaux pour l’histoire de la révolte de Pougatchev (Saint-Pétersbourg, 1862-63) ; Correspondance de Lomonosov et de Soumarokov (id., 1862) ; Lomonosov considéré comme académicien (id., 1865) ; Essai sur Karamzine (id. , 1866) ; Correspondance de Karamzine avec Dimitriev (id., 1866) ; Edition complète des iruvres de Derjavine (id., 1864-72) ; Recherches philosophiques (id., 1872 ; 3 éd., 1885) ; Correspondance de Catherine II avec Grimm (publiée pour la Société historique) ; l’Orthographe russe, manuel rédigé par ordre de l’Académie (id., 1885 ; cet ouvrage a eu plusieurs éditions) ; Vie de Derjavine (id., 1880) ; Pouchkine au lycée (id., 1887). Il a été chargé de rédiger la nouvelle édition du Dictionnaire russe de l’Académie. Il a publié, en outre, un grand nombre de mémoires dans le Recueil de l’Académie et dans divers périodiques. En 1883, à l’occasion du cinquantième anniversaire des débuts de Grote dans la carrière littéraire, l’Académie des sciences a publié une bibliographie complète de ses œuvres. L. Legek. GROTE (John), écrivain anglais, né à Beckenham (Kent) le 5 mai 1813, mort le 21 août 1866, frère de George (V. ci-dessus). Il prit ses grades à Cambridge où il obtint à Trinity Collège une fellowship en 1837. En 1812, il recevait les ordres et obtenait en 1817 la cure de Wareside. En 1855 il succédait à A. Whewell dans la chaire de philosophie morale. Presque tous ses écrits ont été publiés après sa mort. Citons :Old Studies andnew (Cambridge, 1856) ; Explorât in philosophica : rough notes on modem intelleclual science (4865) ; An Exami nation of the utilitarian philosophy (1870) ; A Treatise of moral ideals (1876) ; On Glossology (1872-1874) ; A Few Words on criticism (4861) ; A Few Worrts on the new éducation code (1862) ; What is materialism ? (4867), etc.

GR0TEFEND (Georg-Friedrich), célèbre philologue et archéologue allemand, né à Munden le 9 juin 1775, mort à Hanovre le 15 déc. 1853. Il resta, pendant vingt-huit ans, à la tète du lycée de Hanovre. Ses principaux travaux ont été consacrés au déchiffrement des inscriptions cunéiformes.