Page:Landry, Manuel d’économique, 1908.djvu/48

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


reilles observations. Le procédé de la monographie a été employé beaucoup et recommandé vivement par certains auteurs. Thünen a puisé les matériaux de ses constructions théoriques dans l’étude minutieuse de l’économie de son domaine de Tellow[1]. Le Play, dans ses Ouvriers européens (1855), nous donne une série de monographies relatives à la condition des ouvriers dans les divers pays de l’Europe ; et c’est sur les observations consignées dans ces monographies qu’il a édifié ses théories sociales.

Une collection de monographies, lorsque ces monographies se rapportent à un même sujet, qu’elles constituent par exemple, réunies, une sorte de tableau de l’état d’une classe sociale, d’un groupe professionnel, forme ce qu’on appelle une enquête. L’enquête est un moyen d’investigation dont les États se servent fréquemment depuis le commencement du xixe siècle : des enquêtes fameuses sont les enquêtes officielles anglaises sur le travail des enfants (1863-1867) et sur les associations professionnelles (1807-1860). Mais il est possible aussi aux particuliers de faire des enquêtes — l’exemple de Le Play, que nous venons de citer, le prouve —, sauf à les composer d’un nombre moindre d’observations, ou à recourir, pour interroger les personnes de qui l’on veut avoir des renseignements, au questionnaire écrit[2].

3° Nous arrivons ainsi à ce que l’on appelle généralement l’histoire — le mot étant pris ici dans un sens plus étroit que celui que nous lui avons donné —. Qu’est-ce qui distingue l’ « histoire » de ces recherches dont nous venons de parler ? Dans l’ « histoire », c’est à la succession des faits que l’on s’attache. De plus, l’ « histoire » considère non point des objets très limités — comme une ville ou une corporation —, mais des ensembles plus vastes. Et de là il suit que l’ « histoire », à la différence de la monographie, ne s’applique pas à noter de la manière la plus complète et la plus minutieuse toutes les particularités, tous les petits faits se rapportant au sujet qu’elle étudie. Celui qui écrit une monographie s’astreindra à ne rien omettre, il visera à donner une reproduction en quelque sorte photographique de la réalité. L’ « historien », lui, ne craindra pas de choisir parmi les faits qui s’offrent à lui ; il retiendra seulement ceux qui lui paraîtront importants.

4° La statistique, dont il nous reste à parler, a pour première caractéristique qu’elle ne note que des déterminations quantitatives. Mais ces déterminations quantitatives ne sont pas celles d’un phénomène isolé, d’une réalité plus ou moins étroitement circonscrite, mais toujours singulière :

  1. Il y a eu Allemagne une revue, le Thünen-Archiv, dirigé par Ehrenberg (Iéna, Fischer), qui s’emploie à propager les procédés méthodologiques de Thünen.
  2. Voir Du Maroussem. Les enquêtes, pratique et théorie, Paris, Alcan, 1900.