Page:Langlois - Le couronnement de Louis.djvu/322

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Molt fierement le doit on commenchier,
Que on en face les plus [fiers] esmaier.
— Voir, » dist Guill., « bien m’avés consellié,
Par saint Denis, et jou miex ne requier.
Ne serés més ne gaites ne huissiers. »
Il li donna .i. auferrant destrier.
Molt le vit bel et gent et ensignié,
1390Si l’adouba a loy de chevalier.
De son service a rechut son loier.

Li bers Guill. fu molt preus et hardis. (xl)
Il en apele et Gerbert et Jerin ;
Si neveu furent et de sa seror fil :
« A cele porte qui oevre vers Paris,
La m’en irés, franc chevalier jentil,
En vo conpaigne de chevaliers .vii. vins,
A cleres armes et as cevals de pris.
Gardés n’en isse nus hom de mere vis.
1400La felonie est chaiens del païs,
Si sui venus por aidier Loeys,
Sel menterrai se Dieu plaist et jou vif. »
Et cil respondent : « Tot a vostre devis. »
Vait s’en Guill. li droiturier chemin,
Par mi les rues s’en vait vers Saint Martin.
En la cité n’a porte ne postis
Ou il n’eüst de ses chevaliers vint.
Lieve la noise, es les vos estormis ;
Encor ne sevent que chou lor soit rentis.
1410Vait s’ent Guill. au cort nés, le marcis,
Dusc’al mostier, par dedens le parvis.
A pié descent del bon ceval de pris,
El mostier entre, crois fist devant son vis,
Desor le marbre, devant le crucefis,
Fait s’orison, a genoillons s’est mis,
Dieu reclama qui onques ne menti :
« Glorieus rois, qui le monde fesis,
Si com c’est voir que Adam beneïs,
Lui et se feme mesis en paradis,
1420Et qu’il en fu par son pechié partis,
Et por vo cors en convint a soffrir