Page:Langlois - Le couronnement de Louis.djvu/323

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Le ruiste paine au jor de venredi,
Si com c’est voirs, par la toie merchi,
Si me rendés mon seignor Loey,
Mon droit seignor que j’ai de lonc requis. »
A tant es vos .i. sage clerc ou vint ;
Bien reconnut Guill. le marcis,
Desor l’espaule li a le doit asis.
Li quens se dreche, se li mostre le vis.
1430Il li demande : « Que querés vos, amis ? »
Et dist li clers, qui molt bien fu apris :
« Sire Guill., por l’amor Dieu, mercis,
Quant venus estes por aidier Loeys.
La felonie est chaiens del païs ;
Des traïtors a chaiens .iiii. vins,
Que clers, que vesques, que moines beneïs.
Frans hom, fremés les huis de Saint Martin,
As traïtors faites les iex tolir :
Tot le pechié del mostier preing sor mi.
1440— Voir, » dist Guill., « bon conseil m’avés dit.
Bien soit del homme qui si bon clerc norri.
Le fil Karlon, qui je ma foi plevi,
Ou le trouvrai ? car forment le desir. »
Et dist li clers : « Ne vous en quier mentir,
Jou l’amenrai, se Dieu plaist et jou vif. »
Va en la croute ou il estoit fuïs ;
La le gardoit .i. abes beneïs :
Ne gardent l’eure c’andoi fussent ocis.
Es vos le clerc, par le puing l’a saisi :
1450« Damoisiaus sire, plus iés doutés d’amis
Que ne quidoies ier main a l’esclarcir.
Chi te sekeurt Guill. li marcis,
Cil de Nerbone, qui fu fiex Aimeri.
Il vient de Romme, tous lassez et debris,
A grans jornees por ton cors garandir,
A .xiic. de chevaliers jentis,
A cleres armes et as chevals de pris.
Les pues trouver devant le crucefis,
Si n’i a bare, ne porte, ne postis,
1460Ne grant destroit que il n’ait fait saisir.
Or soiés preus, baus et seürs et fis.