Page:Langlois - Le couronnement de Louis.djvu/74

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

lorsqu’on veut identifier ces souvenirs confus de l’histoire.

Il est évident que le second élément de la quatrième partie du Coronement Looïs se rapporte à quelque secours reçu de la France par la papauté contre les Allemands, sans doute sous le long règne d’Otton Ier le Grand (936-973). — Otton II et Otton III vécurent constamment en bons termes avec le Saint-Siège. — Quant à la lutte de Guillaume contre Gui, il est probable qu’elle se rattache aux vaines tentatives de Gui, duc de Spolète, pour monter sur le trône de France. Mais c’est une simple hypothèse, et l’étude des chroniques n’offre aucun renseignement plus précis à ce propos.

J’essaierai plus loin d’expliquer la présence de Guillaume dans cette partie du poème.


5. — Cinquième branche.


La cinquième partie du Coronement Looïs est très courte, elle compte à peine quarante vers (vers 2643-2688) :

Guillaume, de retour chez lui, à Montreuil-sur-Mer, croit s’y reposer de ses travaux, mais un messager vient lui annoncer que les barons ont renversé du trône le jeune roi Louis. Le comte aussitôt rassemble ses hommes et vient à Paris, où il commence « la grant guerre a mener » ; mais voyant qu’en ce pays il y a trop d’ennemis,