Page:Lanté–Gatine — La Mode par l’Image du XIIe au XVIIIe Siècle.pdf/267

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Mademoiselle d’Orléans

Louise-Adélaïde, troisième fille de Philippe, duc d’Orléans, née le 13 août 1698, avait pour maître de chant Cauchereau. Un jour que cet acteur chantait à l’Opéra une scène très passionnée, la jeune princesse, qui était dans une loge avec la duchesse d’Orléans sa mère, s’écria : « Ah ! mon cher Cauchereau ! » Dès lors elle fut destinée au couvent, et sa famille choisit l’abbaye de Chelles, ordre de Saint-Benoît.

Mlle d’Orléans fit profession le 20 août 1718, et le 6 juin de l’année suivante elle fut installée abbesse de Chelles : son père était alors régent du royaume : M. le cardinal de Noailles lui donna la bénédiction le 24 septembre : la nomination paraissait régulière ; mais Mme de Villars, ancienne abbesse ne s’était pas démise de plein gré.

En 1734, la princesse eut des remords ; elle se retira au prieuré de la Madelaine-de-Traînel, où elle mourut le 20 février 1743.

Cette coiffure n’a de monastique que le bandeau : telle était, au commencement du dix-neuvième siècle, une coiffure du matin.