Page:Lao-tseu traduit par Jules Besse.djvu/49

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


quelles ténèbres il vit ! Les ténèbres et la solitude se partagent ce qu’il y a de meilleur en lui.

À l’heure où ce qu’il y a de meilleur en lui se montre, s’il croit à quelque chose il le garde pour lui.

D’hommes pareils à cet homme-là pas un dont le nom ait mérité à raison d’une enquête sur l’homme de passer de l’antiquité jusqu’à nous.

Comment sais-je donc à quoi m’en tenir sur les hommes ? en me pénétrant de ce qui suit.