Page:Larive - Dictionnaire français illustré - 1889 - Tome 2.djvu/941

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


le Pasteur du désert, les Droits de l'homme, les Rois philosophes. Son tils, Charles- Camille Pelletan, né en 1846, élève de l'É- cole des chartes, s'est aussi distingué comme journaliste en donnant des articles à la Tri- bune, puis au Rappel; il est aujourd'hui at- taché la Justice, en qualité de rédacteur en chef. Il a été envoyé a la Chambre des députés en 1881 et réélu en 1885. PELLETÉE. (V. Pellée.) (pelle), vt. Remuer avec la pelle, particulièrement les grains en tas l'elleter des grains. Gr. On double le t devant une sÿllabe muette. PELLETERIE (pelletier du vx fr. pel, peau), s/ Art de préparer les peaux avec leur poil pour en faire des fourrures; com- merce de fourrures; les peaux dont on lait des fourrures Les pelleteries de la Sibérie. PELLETIER, 1ÈRE (du vx fr. pel, peau), ,s. Celui qui prépare ou vend des fourrures Les pelletiers de Paris et de Lyon passent à juste titre pour les meilleurs préparateurs de peaux dit monde entier. Adj. Marchand pelletier. PELLETIER (Bertrand) chi- miste français de l'Académie des sciences. Son fils Joseph (1788-1842), habile chimiste, a découvert le sulfate de quinine, la strych- nine.

  • PELLETIÉRINE (Pelletier, nom d'hom-

me), s/ Alcaloïde liquide et volatil décou- vert en 1878 par Tauret dans la racine du grenadier, et auquel cette racine doit son efficacité contre le ténia. On attribue à la pelletiérine la formule C8Hl5AzO. PELLEVÉ (Nicolas DE) (1518-1594), ar- chevêque de Reims et cardinal français, l'un des chefs de la Ligue. PELLICO (Sii.vio) (1788-1854), poète et littérateur italien. Il fut condamné à mort en sous prétexte de carbonarisme et vit sa peine commuée par le gouvernement autrichien en quinze ans de carcere duro au Spielbérg. Il est l'auteur d'une tragédie de Françoise de Rimini; des Devoirs et d'un livre célèbre Mes Prisons, récit émouvant de sa captivité. PELLICULE (1. pellkula, petite peau), sf. Toute petite membrane très mince L'épi- derme est une pellicule ui couvre la peau PELLISSON (Paul) littéra- teur français, membre de l'Académie fran- çaise, premier commis de Fouquet, dans la disgrâce duquel il futenveloppé. Aprèsavoir été enfermé cinq ans à la Bastille il recouvra sa liberté, suivit Louis XIV en Franche-Comté, puis fut nommé historio- graphe du roi. PÉLOPIDAS, général thébain, ami d'Ëpa- minondas. Il chassa les Spartiates de Tlièbes et fut tué il la bataille de Cynocé- phale, qu'il gagna (365 av. J .- C .) . PÉLOP1DES, descendants de Pélops. PÉLOPIUM,SI/ Nom que H. Rose avait donné à un métal qu'il supposait exister dans ce qu'on appelle aujourd'hui l'acide niobique. Cette supposition était erronée, comme il l'a lui-même reconnu plus tard. PÉLOPONÈSE, presqu'ite de l'ancienne Grèce, nommée aujourd'hui la M orée. (V. ce mot et du guerre civile entre Athènes et Sparte, qui dura de 431 404 av. et se termina par la prise d'Athènes. PÉLOPONÉSIEN, IENNE (Péloponese), adj. Qui appartient au Péloponèse Les montagnes piloponésiennes Il Habitant du Péloponèse Les Pétnponésiens. PÉLOPS, (ils de Tantale, roi de Lydie, tué par sou père, qui servit ses membres aux dieux dans un festin ressuscité par Jupiter, il émigra en Élide et finit par régner sur la plus grande partie du Peloponèse. Il eut pour lils Atrée et Thyeste. (Myth.) Dér. Peloj.ides, Péloponese, pélohonésien, pélopo- nésie/ine. PÉLORE (cap^, ancienne capitale de la Sicile, à l'extrémité N. -E . de l'ile, le point le plus rapproché du continent italien. C'est aujourd'hui Torre di-Faro. PELOItlE (g. raXiipio;, monstrueux), 's/1. Fleur irréguliére qui devient accidentelle- ment régulière. La linaire commune pré- sente quelquefois ce phénomène, qui a été observé pour la première fois, du vivant de Linné, dans une petite ile de la Baltique. On trouva alors un pied de linaire dont les Heurs avaient leur corolle en forme d'enton- noir et non en gueule, comme dans la plante normale.

  • PÉLORIÉ, ÉE (pélorie), adj. Se dit

d'une plante dont la fleur devient une pé- lorie.

  • PELOTAGE (peloter), sm. Mise des

écheveauxen pelotes Ge pelotage de la laine. Actiou de jouer négligemment -à la paurne, au billard. PELOTE (vx fr. pilote, dm. du 1. pila, balle), sf. Boule que l'on forme en enroulant un (il sur lui-même Une pelote.de ficelle. PELOTE ||Petitcoussinetsur le- quel on fiche des épin- gles, des aiguilles Une pelote carrée. Il Boule faite d'une substance quelconque Une pe- Iole de neige. Fig. Faire sa pelote, amas- ser de l'argent. Il Amas de poils blancs for- mant une tache plus ou moins arrondie sur le front des chevaux. Lorsque la pelote est anguleuse, en forme de losange, on la nomme étoile. Dér. Pelo- toit, pelotonne1', peloter, pelotage. Comp. Dépelotonner. PELOTER (pelote), vt. Mettre en pelote. Fig. Battre, maltraiter de coups ou de paroles Peloter quelqu'un. Vi. Jouer à la paume sans engager une partie réglée lls ne jouent pans, ils zze font gue peloter. Fig. Peloler en attendant partie, se livrer a une occupation peu importante en attendant mieux. Se peloter, vr. Etre mis en pe- lote Le fil ,se pelote aujourd'hui la l'aide de machines. Il Se battre Le maître punit les écoliers qui se pelotent. PELOTON (dm. de pelote), sm. Petite pelote de fil, etc. Un peloton de laine. Il Un peloton de chenilles, de mouches il miel, un grand nombre de chenilles, de mouches à miel réunies en tas. Il Se mettre en peloton, serrer ses membres contre son corps de ma- nière que celui-ci forme une espèce de boule. || Peloton de graisse, petit oiseau, petit enfant très gras. /1 Groupe d'un petit nombre de personnes On se promenait par pelotons en attendant l'ouverture de la séance. Il Petit corps de troupe correspon- dant à une subdivisionde la compagnie d'in- fanterie commandée par un officier L'école de peloton. PELOTONNER (peloton), vi. Mettre en peloton Pelotonner de la laine. Se pelo- tonner, vr. Être mis en peloton Le fil se pelotonne Û l'aide de machines. Se mettre en houle Le hérisson .se pelotonne. Se serrer en ôroupe Ils aiment ri se pelotonner dans un coin pour causer l'aise. PELOUSE (1. pi/osa, velue), sf. Pièce d'un gazon court et dru Les villageois dan- saienl sur lu pelouse. PELOUZE (Théophile-Jules)(1807-1867), chimiste français qui rechercha la composi- tion du sucre indigène, et découvrit avec Liebig l'acide œnanlhique. Essayeur à la Monnaie en membre de l'Académie des sciences en professeur au Collège de France en 1 S ril il a publié avec Frémv un Traité de chimie. (V. Frcmt/ ) PELTASTE (g. it&na^ de bouclier), sm. Soldat grec arme à la légère et portant la pelte. PELTE (g. to/ï; sf. Petit bouclier échancré Les auteurs anciens ne sont pas d'accord sur la forme de la pelte. Dér. Pcltastc, pelle, /)';«ce. Coin», l'eltinerve.

  • PELTÉ, ÉE (pelte), adj. Qui a la forme

d un bouclier Les feuilles de la capucine sont peltées. (Bot.) PELTIER (Jean-Gabriel) (mort en 1825), pamphlétaire royaliste qui publia au début de la Révolution les Actes de.s apôtres, diri- gés contre l'Assemblée constituante.

  • PELTIGÈRE (1. pelta. bouclier + ge-

rere. porter), sm. Genre de lichens dont le thalle membraneux, lobé et fragile, porte

sur sa face supérieure des apothecies mar-

ginales dans lesquelles sont huit spores in- colores ou d'un rouge brunâtre. L'espèce la plus commune, qui croit dans les bois et les pâturages secs, est le peltig'ere canine ou lichen de chien, pulmonelte hépatique pour la rage (pelligera canina), qui a un thalle cendré roux, couvert sur la face inférieure d'une espèce de duvet blanc et de nervures proéminentes pâles, villeuses et d'où partent des: rhizoïdes. On croyait autrefois que ce lichen, d'une saveur amère et un peu nau- séeuse, était un spécifique contre la rage.

  • PELT1NERVE (pelte + nerf),

2g. Se dit des feuilles dont les nervures partent du sommet du pétiole. (Bot.) PELU, UE (db. de poilu), adj. Couvert de poil La Bible rapporte que le corps d'Esaû était pelu. PELUCHE ou PLUCIIE (ital. pelucchio), sf. Etoffe dont le poil est très long d'un côté Peluche de soie. Dér. Pelucheur, pelu- cheuse, pelucher ou plucher, peluché pelu- chée. PELUCIIÉ, ÉE [(pelucher), adj. Se dit d'une étotl'e, d'une plante velue Anémone peluchée. PELUCHERou PLUCHER(peluche), vi. Se couvrir des poils qui se dégagent du tissu en parlant de certaines étoffes Ces bas commencent àpelucher. PELUCHEUX, EUSE (peluche), adj. Dont les poils sont longs d'un côté. Qui pcluche Etoffe pelucheuse. PELURE (peler 2), sf. Enveloppe exté- rieure d'un fruit, d'un légume ou d'uue autre chose que l'on pèle Pelure d'oignon. Il Pop. et fil!. Habit, pardessus Quitter sa pelure. PÉLUSE, ville du S.- E. de l'anc. Egypte, près de la Méditerranée, il l'extrémité de la plus orientale des bouches du Nil. Au- jourd'hui Tinèh. Dér. Pélusiaque. PÉLUSIAQUE (Pchcse), adj. 2 g. Se dit du bras le plus oriental de l'embouchure du Nil De nos jours, la branche pélusiaque est ensablée. PÉLUSSIN, .3 502 hab. Ch .- l. de c, arr. de Saint-Étienne (Loire), près du mont Pilât. Moulineries de soie. PELVÉ (V. Pellevé.) PELVIEN, IENNE (du 1. pelvis, bassin), adj. Qui appartient,qui a rapport aux os du bassin Région pelvienne. || Membres pel- viens, les jambes. PELVOUX (mont), 3 035 mètres, la plus haute montagne des Alpes du Dauphinè (Hautes-Alpes). PEMHROKE, hab., ville d'Angle- terre, ch. -l. du comté de même nom, au S.- E. du Pays de Galles. Plomb, houille, ardoise.

  • PEMMICAN (angl. pemmacan), sm.

Viande de bœuf desséchée, réduite en poudre et saturée de graisse, dont se nourrissent les voyageurs des contrées arctiques. PEMPIIIGUS(g. itéjiçiÇ, bulle d'air), sm. Affection cutanée qui débute par un prurit promptement suivi de plaques rouges sur lesquelles se forment des bulles plus ou moins volumineuses remplies de sérosité On traite le pemphigus par les émollienls et le régime lacté. PENAILLE (du vx fr. pêne de pannus, étoffe), sf. Gueuille. Dér. Penaillon, pe- nailterie.– Comp. Dépenaillé, dépenaillée, dépenaillement.

  • PENAILLER1E (penaille), sf. Tas de

haillons. PENAILLON (dm. As penaille), sm. Hail- lon Habits en penai lions. PENAL, ALE (1. penalem), adj. Qui assu- jettit à une peine Les lois pénales. || Code pé- nal, le code qui fixe les peines dont sont punis les crimes et les délits. X)è,r.J>enalitc. PÉNALITÉ {pénal), sf. L'ensemble des peines établies par les lois La pénalilc s'adoucit en même temps que les mœurs. PI3NARD (x), sm. Vieillard ruse ou vi- cieux Vieux penard. PENAS (golfe de), formé par le grand Océan austral sur la côte O. de la Pata- gonie. PÉNATES pénales de penu. inté- rieur), smpl. Chez les Romains, terme gé. néral désignant les dieux ou génies protec- teurs de chaque maison, de chaque famille, ou d'une ville, de ses divers quartiers.