Page:Larousse - Grand dictionnaire universel du XIXe siècle - Tome 1, part. 1, A-Am.djvu/274

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


à, l’orient de l’ancienne Alexandrie, et qui paraissent avoir orné l’entrée du Cœsarcum, temple de J. César. Ce sont deux monolithes de granit rose, dont l’un est encore debout, et l’autre couché sur le sable. Ils sont chargés d’hiéroglyphes. Celui qui est debout a soixante-trois pieds de haut sur sept de côté, à la base. On remarque parmi les figures dont il est couvert celles du bœuf, du serpent, du hibou, de l’épervier, de la chouette, du scarabée, du canard, de la cigogne, de l’ibis et du lézard. Au milieu de ces inscriptions Champollion a cru lire les noms de Mœris et de Sésostris. On pense que ces deux monuments étaient autrelois à Héliopolis. Ce fut sans doute la reine Cléopâtre qui les fit transporter à Alexandrie, pour les placer devant le temple de César : d’où leur appellation.

Le Canal de Canope. Ce canal, navigable du Nil à Alexandrie, servait, dans sa double destination, à l’entretien des fontaines et au transport des marchandises. Il.était bordé dans tout son parcours de vignes, de dattiers et de sycqmores. Sur ses rives se groupaient des maisons de plaisance et de délicieux jardins. C’est ce même canal que Méhémet-Ali a fait recreuser, il y a quelques années, sous le nom de Canal Mahmoudien.

Les autres monuments de l’antique Alexandrie étaient : le l’osidium, ou temple de Neptune ; le Cœsarcum, temple de Jules César ; le Sebasteum, temple d’Auguste ; l’Arsinoiïon, temple d’Arsinoé ; le Sérapéion, temple de Sérapis ; le Sema, ou tombeau d’Alexandre ; l’Momerion, monument d’Homère ; le Dicesterion, palais où se rendait la justice ; l’Amphithéâtre ; le Stade : le Musée ; le Claudium, palais fondé par Ciaude pour la réunion ries savants ; le Tim.oniv.in., palais de Marc-Antoine ; le Mausolée, ou tombeau de Cléopâtre, et YISmpwium ou grand marché.

Parmi les monuments de l’Alexandrie musulmane, il faut citer : la mosquée d’Abouti Dinian, couronnée par des créneaux à redans,

Pharos, tour d’architecture arabe, ,

flanquée aux angles de quatre tourelles, et portant au-dessus de la plate-forme un donjon couronné par une lanterne qui sert de phare. Une triple enceinte fortifiée a. la moderne lui sert de remparts.

— Hist. L’importance d’Alexandrie, sa prospérité et son admirable position l’ont désignée de tout temps à l’avidité des conquérants. Nous allons passer en revue les principaux événements militaires qui se sont accomplis sous ses murs, et auxquels elle a attaché son nom. T. Antiochus, roi de Syrie, voulant mettre à profit la jeunesse des enfants de Ptolémée Philopator pour conquérir l’Égypte, l’envahit a la tête d’une puissante armée et mit le siège devant Alexandrie. Mais Popilius Ltenas, envoyé par le sénat, arrêta ses projets ambitieux. V. Cercle de Popilius.

K. Après avoir vaincu Pompée à Pharsale, César entra dans Alexandrie pour y régler les affaires de l’Égypte. Ses manières impérieuses irritèrent Achiïias, ministre du roi Ptolémée, qui réunit une armée de vingt-quatre mille Égyptiens, tous soldats aguerris, et vint défier le maître du monde devant les murs de la capitale. César, qui n’avait avec lui que trois mille légionnaires et huit cents cavaliers, sortit hardiment d’Alexandrie, où ses ennemis le tenaient pour ainsi dire assiégé, les éloigna des remparts, et leur fit essuyer successivement plusieurs défaites. Mais bientôt, affaibli par ses succès mêmes, il éprouva des revers oui le mirent à deux doigts de sa perte. Forcé de battre en retraite devant un ennemi trop supérieur en nombre, il courut les plus grands dangers, et dut se sauver à la nage pour échapper h, la poursuite des Égyptiens. Toutefois, il ne tarda pas à reprendre sa supériorité et à écraser ses ennemis dans une dernière bataille, à la suite de laquelle le roi Ptolémée se noya dans le Nil (46 av. J.-C).

iri. ’L’an 640 de notre ère, Amrou, lieutenant du calife Omar, entra en Égypte après avoir conquis la Palestine, s’empara Se Péluse et de Memphis, et vint mettre le siège devant Alexandrie. Il poussa les opérations avec la Plus grande vigueur, animant ses soldats par l’exemple de son indomptable intrépidité, et faisant toujours flotter sa bannière au premier rang. Lui-même il présidait aux reconnaissances de la place et dirigeait toutes les attaques. Enfin, après quatorze mois de siège et une multitude de combats meurtriers, Amrou livra un assaut général et emporta la ville. Il avait perdu vingt-cinq mille hommes devant Alexandrie. Voici en quels termes il rendit compte de sa conquête au calife : « J’ai pris la grande ville de l’Occident ; il m’est impossible de te décrire toutes ses richesses, toute sa magnificence. Je me contente de te dire quelle renferme quatre mille palais, quatre mille bains, quatre cents théâtres, douze mille boutiques de légumes et fruits, et quarante mille juifs tributaires. La ville a été prise par force, sans traité ni capitulation, et les Musulmans sont impatients de recueillir léfruit de leur victoire. »’Ces derniers mots renfermaient une demande indirecte de pillage, qu’Omar refusa avec une généreuse fermeté. Mais interrogé s’il fallait également respecter la fameuse bibliothèque du Sérapéion, le calife répondit par un dilemme trop célèbre. (V. plus loin Bibliothèque d’Alexandrie.) Amrou

ALE

obéit à regret, et ce magnifique dépôt de toutes les connaissances humaines devint la proie des flammes.

IV. Pour forcer l’Angleterre à la paix, Bonaparte forma le projet d’une expédition grandiose, mais qu’une conception vive, une rare célérité dans l’exécution, et surtout un vaste et hardi génie comme le sien, pouvaient seuls faire réussir ; c’était la conquête de l’Égypte, de ce-ite magnifique contrée dont la possession constituerait une perpétuelle menace contre l’empire anglais de l’Inde, où la faiblesse de la marine française ne permettait pas de porter directement nos soldats. En outre, une administration active et habile pouvait faire de ce beau pays, qui n’a rien perdu de sa fécondité biblique, la plus riche colonie du globe, ressusciter l’antique splendeur dont Alexandrie avait joui sous les Ptolémées, et -rendre de nouveau cette ville le centre du commerce de l’Asie et de l’Afrique, l’entrepôt général des marchandises des Indes. Tels étaient les desseins de Bonaparte, dont l’âme s’ouvrait à toutes les grandes inspirations. Un armement considérable fut réuni à Toulon, dans le secret le plus absolu, et la flotte mit à la voile le S mai 1798 ; le 30 juin, elle arriva sur les côtes d’Égypte, en vuo de la tour des Arabes. L’armée n’avait appris sa véritable destination que depuis quelques jours seulement, par une proclamation où respire un caractère de majesté pareil à celui que les généraux romains savaient imprimer à leurs harangues. Bonaparte établit aussitôt des communications avec Alexandrie et donna l’ordre du débarquement. On aperçut alors au loin une voile de guerre. Cfaignant que ce ne fût un navire anglais détache de la flotte de Nelson ; qui s’était mis à sa poursuite : Fortune ! s’écria-t-il, m’abandonnerais-tu ? Quoi, seulement cinq jours.’ Il se trompait ; c’était une frégate française qui arrivait de Malte. Bientôt l’opération du débarquement commence ; en un instant la mer

est couverte de canots qui luttent contre l’impétuosité et la fureur des vagues ; mais on prend terre heureusement à trois lieues d’Alexandrie, et le général en chef, après avoir formé ses troupes en colonnes, marche sur l’ancienne capitale des Ptolémées. Il était à pied, avec l’avant-garde, accompagné de son état-major et de ses généraux. Le plus vif enthousiasme régnait dans l’armée, accoutumée à ne recueillir que des lauriers sur les pas de l’immortel capitaine. À une demi-lieue de la ville, les Arabes s’étaient néunis au nombre de trois cents environ ; mais, à l’approche des Français, ils prennent la fuite et s’enfoncent dans le désert. Arrivé aux portes d’Alexandrie, Bonaparte, désirant prévenir l’effusion du sang, se dispose à parlementer. Des hurlements effroyables d’hommes, de

  • A d’enfants, lui répondent, en même

les Français s’élancent à l’assaut, „.„

du feu des assiégés et d’une grêle de pierres qu’on fait fondre sur eux ; généraux et soldats escaladent les murs avec la même intrépidité : le général Kléber est atteint d’une balle à la tète ; le général Menou est renversé du haut des murailles, tout couvert de contusions ; mais nos troupes ne tardent pas à se précipiter dans la ville, tandis que les assiégés fuient éperdus (2 juillet 1798). Bonaparte, qui. craint que fa fureur du soldat n’allume une haine implacable au sein de cette population, fait battre la générale, mande auprès de lui le capitaine d’une caravelle turque, et le charge de porter aux habitants des paroles de paix et de conciliation. Il leur annonce que leurs propriétés, leur religion, leur liberté, seront respectées, et que la France, jalouse de conserver l’amitié de la Porte, prétend diriger la guerre seulement contre les Mamelucks. Bientôt les imans, les cheiks et les chérifs viennent se présenter à Bonaparte, qui leur réitère ces dispositions amicales. Peu de temps après, tous les forts sont remis entre les mains des Français ; l’ordre et la sécurité commencent à renaître, et les Arabes eux-mêmes, laissant éclater leurs démonstrations de joie, nous jurent fidélité.

Bibliothèque d’Alexandrie. Célèbre bibliothèque fondée par Ptolémée Soter dans le quartier d’Alexandrie nommé Bruckion, et dont Démétrius de Phalère fut le premier conservateur. Selon Aulu-Gelle et Àmmicn Marcellin, elle compta jusqu’à sept cent mille volumes. Lorsque la bibliothèque de Bruchion eut atteint le chiffre de quatre cent mille volumes, une bibliothèque supplémentaire fut formée dans le Sérapéion (temple de Sérapis), qui en renferma bientôt trois cent mille. La première périt dans les flammes lorsque César se rendit maître d’Alexandrie. La seconde s’augmenta quelque temps après de celle des rois de Pergame, donnée par Antoine à Cléopâtre. Détruite en 390 dans les luttes des païens avec tes chrétiens, elle avait été reconstituée sans doute au commencement du

~" siècle. Abulfaradje, qui mourut ’ '

thèque fut livrée aux flammes par l’ordi. d’Amrou, leur chef. Celui-ci ayant consulté le calife Omar sur ce qu’on devait faire de tous livres, en reçut la réponse suivante, qui

ALE

il faut les détruire. ■ En conséquence, dit Abulfaradje, Amrou les fit distribuer dans les bains d’Alexandrie, les fit brûler dans leurs foyers ; et il fallut six mois pour les consumer. Cette circonstance de l’incendie de la bibliothèque d’Alexandrie par les Arabes a éveillé de nos jours les défiances de la critique et soulevé plus d’une objection.

II y a des écrivains, et ils sont aujourd’hui assez nombreux, qui s’ingénient à prendre l’histoire en défaut et à battre en brèche les événements les moins contestés ; ils nientl’incendie de la bibliothèque d’Alexandrie. D’autres, tout en admettant l’authenticité de ce triste événement, lui enlèvent son caractère-et ses conséquences à jamais déplorables, en prétendant que le nombre des volumes dévorés par le feu était beaucoup moins considérable qu’on n6 l’a dit, et que, d’ailleurs, ils ne.traitaient que de controverses théologiques. Malheureusement les uns et les autres n’apportent aucune preuve sérieuse à l’appui de leurs assertions.

Chronique.d’Alexandrie, compilation d’auteurs grecs faite sous l’empereur Héraclius, au règne duquel elle s’arrête. Le manuscrit, qui fut découvert en Sicile dans le courant du xvie siècle, portait en tête le nom de Pierre d’Alexandrie,

École d’Alexandrie. Le nom d’école d’Alexandrie a deux sens : il désigne quelquefois l’ensemble des savants gue l’intelligente protection des Ptolémées avait réunis dans la ville d’Alexandrie ; mais il s’applique le plus souvent à cette succession de philosophes qui, du me siècle de l’ère chrétienne jusque vers la fin du ve, entreprirent d’unir la philosophie orientale à la philosophie grecque.

ie d’Aï

En m

traduit d’une façon

gique du fanatisme : « ai ces livres sont conformes à l’Alcoran, ils sont inutiles ; s’ils sont contraires al’Alcoran, ils sont pernicieux : donc tempsque

la Bibliothèque, Ptolémée Soter avait fondé le Musée d’Alexandrie, où philosophes, savants et postes logeaient et prenaient leurs repas ensemble. « Cette association, dit Strabon, avait des fonds communs et un chef nommé par le roi. » On ne peut mieux se faire une idée do cette institution que par nos académies d’aujourd’hui, où se retrouve le même caractère de liberté d’opinion pour les membres, avec des réunions et des travaux eu commun sous le patronage du gouvernement. La fondation du Musée donna un grand essor aux sciences et aux lettres. Alexandrie, que sa position géographique avait rendue le centre des relations commerciales, ne tarda pas à succéder à Athènes comme centre du mouvement intel- • lectuel. On vit alors briller dans les sciences : Euclide, le créateur de la géométrie scientifique ; Apollonius de Perge, qui a laissé un ouvrage sur les sections coniques ; Nicomaque, qui le premier réduisit l’arithmétique en système ; Eratosthène, qui créa l’astronomie et la géographie savantes en calculant la longueur de la circonférence terrestre, et en déterminant la valeur de l’obliquité de l’écliptique ; Aristarque, qui inventa une méthode ingénieuse et très-simple de calculer les distances relatives de la terre au soleil et à la lune ; Hipparque, le pius grand peut-être des astronomes de l’antiquité, qui fixa la longueur de l’année solaire et découvrit la précession des éqvinqxes ; Erasistrate et Hérophile, qui créèrent l’anatomie. En même temps la poésie fleurit avec Théoerite, le chantre des bergers de Sicile ; Apollonius, l’auteur des Argonautiques ; Lycophron, Aratust Callimaque, Ni-Candre, etc. ; enfin la philologie, l’histoire littéraire, la grammaire, représentées par Zénodote d’Éphèse, Aristarque de Samothrace, Cratès de Malles, Denys de Thrace, Apollonius le sophiste et Zoïle, prirent dans les travaux de l’esprit une place qu’elles n’avaient S oint eue jusqu’alors. On sait que les nomsAristarque et de Zoïle sont devenus synonymes, le premier de critique sévère, mais impartial, le second de critique injuste et sans bonne foi.

Philosophie alexandrine. L’école philosophique d’Alexandrie, appelée aussi école éclectique et école néo-platonicienne, est la dernière grande école de la philosophie grecque. À la fois religieuse et philosophique, dit M. Pierre Leroux, placée entre le monde païen et le monde chrétien, elle se rattache à l’un et h l’autre ; elle procède de Platon et de Pythagore, de l’Orient et de la Grèce, tient aux gnostiques et aux chrétiens, essaye de résumer et de restaurer l’antiquité, et inonde en.même temps de son idéalisme et de ses opinions les plus mystiques le moyen âge chrétien tout entier. » Les deux caractères principaux de la philosophie alexandrine sont l éclectisme, c’est-à-dire 1 essai d’une conciliation etd’une fusion de tous les systèmes philosophiques et de toutes les traditions religieuses, et le mysticisme, né du contact avec l’Orient, mais pourtant resté grec et philosophique par s» forme et sa méthode. Dans l’éclectisme des alexandrins, c’est l’élément platonicien qui prédomine ; il est le lien et le régulateur de leurs théories, le centre d’où tout part et où tout vient aboutir : de la le nom de néo-platonisme donné à la philosophie alexandrine. Le dernier mot de cette philosophie sst un système où la théologie joue le principal rôle, et sert à expliquer tout le reste. Le bien suprême de Platon, l’unité première pure et absolue de Parménide, identifiés l’un à l’autre, forment le principe étemel et immuable de toutes choses. De ce principe émane l’intelligence qui le réfléchit, le verbe en qui les idées sont toutes représentées. Vin-

. ALE,

telligence produit à son tour Yâme, qui est principe et cause de tout mouvement, moteur du monde. Le monde est éternel, parce que fime n’a jamais pu être une force inactive ; elle le précède d’une priorité de principe, mais non d’une priorité de temps. Le monde est la manifestation nécessaire des idées, qui sont les types invariables des choses. Les âmes humaines sont une émanation de l’ime du monde ; par l’évolution de la création, elles sont èloifiées de Dieu ; mais elles tendent a remonter leur état primitif, et à s’absorber dans l’essence divine. Celles qui, abusant des sens, seront descendues par là au-dessous même de la vie sensitive, renaîtront après la mort dans les liens de la vie végétative des plantes ; celles qui n’auront vécu que d’une vie animale renaîtront sous la forme d’animaux ; celles qui ne se seront pas élevées au-dessus de la vie purement humaine reprendront des corps humains. Celles-là seules rentreront en Dieu3 qui auront développé en elles-mêmes la vio divine. La connaissance qui naît de la sensation et du raisonnement n est que la préparation à la science véritable, laquelle s acquiert par voie d’illumination. De même les vertus physiques relatives au perfectionnement du corps, les vertus morales et politiques qui comprennent les devoirs de l’homme en tant qu’être social, les vertus théorétiques, qui sont la contemplation de l’âme par elle-même, ne sont que les divers degrés par lesquels il faut passer pour parvenir aux vertus divines, où l’âme, se dégageant des liens du corps, se rend- digne de contempler Dieu et de s’unir à lui. Le développement de la vie divine dépend surtout du secours de Dieu : de là l’importance de la prière, des symboles et des rites. — L’origine de l’école philosophique d’Alexandrie se rattache indirectement au siècle littéraire des Lagides. Attirés dans la capitale de l’Égypte, des philosophes y avaient transplanté les écoles nées en d’autres pays. Cyrénaïques, stoïciens, péripatéticiens, académiciens, sceptiques, s’y rencontrèrent. L’éclectisme devait naître du contact et du cortflit des doctrines. L’école d’Alexandrie ne commence réellement que vers l’an 193 de l’ère chrétienne, mais on peut dire que Philon le Juif et Potamon avaient préparé la voie à l’enseignement d’Ammonius Saccas, son fondateur. À peine se fut-elle

brillé d’un vif éclat, elle n’eut plus de siég une. Plus tard elle alla s’établir h Athènes, où l’édit de Justinien vint la frapper et fermer ses écoles, en 510. Les plus célèbres représentants de la philosophie alexandrine sont Plotin, Porphyre, Jamblique et Proclus. La partie métaphysique du système fut surtout développée par Plotin, la partie logique par Porphyre, et lapartie théosophique par Jamblique. Proclus s’occupa plus spécialement de coordonner les idées de ses prédécesseurs. L’école d’Alexandrie est célèbre par la lutte qu’elle soutint contre le christianisme. Elle eut un moment, dans cette lutte, l’appui du pouvoir et s’assit sur le trône impérial avec Julien l’Apostat ; mais la mort de ce prince vint bientôt mettre fin à son rôle politique et renverser ses espérances de restauration du paganisme.

ALEXANDRIE DE LA PAILLE, ville du royaume d’Italie, à 65 kil. S.-E. de Turin, sur le Tanaro ; 43,000 hab. Evéché ; foires considérables fréquentées par les Italiens, les Français et les Suisses. Sous le premier empire, elle fut le ch.-lieu du dêp. de Maren^o. Ses fortifications, maintenant démolies, l’avaient rendue, sous les Français, une des plus fortes places de l’Europe.

Dans le xne siècle, les confédérés d’Italie, pour tenir en respect la ville de Pavie, qui restait fidèle à l’empereur Frédéric Barbe-rousse, bâtirent dans sou voisinage une nouvelle.ville qu’ils appelèrent Alexandrie, du nom du pape Alexandre lit, qui avait excommunié le prince ennemi. Comme ces constructions furent élevées à la hâte, on les couvrit d’abord de paille, ce qui fit que les railleurs appelèrent cette ville Alexandrie de la paille, surnom qu’elle a conservé jusqu’à nos jours.

alexandrin, ine s. et ad], (a-lék-sandrain, i-ne). Qui est né à Alexandrie ; qui a rapport à cette ville ou à ses habitants : Dans les magnifiques adonies alexandrlves, on portait processionnellement ï’effigie du dieu jusqu’à la mer} et on le précipitait dans les flots. (Val. Pansot.) n On dit aussi alexan-

DRIEN et ALEXANDRINIEN.

Appareil alexandrin, Espècede mosaïque ou plutôt de marqueterie précieuse, composée de porphyre rouge et vert, de marbre et d’émail, àlaquelle l’empereur Alexandre-Sévère, qui, selon Lampride, en fut l’inventeur, avait donné son nom. h’appareil alexandrin servit sous le Bas-Empire a faire des frises, à orner des panneaux, etc. ; il était fort à la mode on Italie et en Sicile au xn« et au xin" siècle.

Dialecte alexandrin. Né de la confusion du dialecte macédonien avec ceux des difl’érontes parties de la Grèce, ce dialecte contenait beaucoup de locutions empruntées à des langues étrangères. Cotaient surtout les Égyptiens, les Syriens, les Juifs, en un mot les" populations semi-grecques, semi-orientales, qui en faisaient usage. On donnait le nom A’nellénistes aux écrivains de ces nations qui s’en servaient, d’où le nom à.’hellénistique, sous lequel on désignait aussi le dialecte alexandrin. On le trouve bien caractérisé dans