Page:LeMay - Les gouttelettes, sonnets, 1904.djvu/188

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
186
LES ASTRES



LA TERRE


Comment paraît la terre, en ces champs infinis
Où le verre savant hâte ses découvertes,
Quand de neige ou de fleurs ses plaines sont couvertes,
Et quand, sur ses labours, flottent les blés jaunis ?

Comment, avec ses bois comme des flots unis ?
Avec ses mers de sable et ses, oasis vertes ?
Ses nuages pareils à des ailes ouvertes ?
Ses fleuves vagabonds et ses rochers brunis ?

Esclave résignée ou superbe rebelle,
Cette vivante terre est étrangement belle,
Et le pied du Seigneur en fait son escabeau.

Elle est comme une ruche où peinent les abeilles ;
Elle a tous les parfums des célestes corbeilles,
Tous les chants de l’amour, mais elle est un tombeau.