Page:LeMoine - Ornithologie du Canada, 1ère partie, 1861.djvu/20

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


de la pie que l’aigle se détermine à les punir de mort ; d’ailleurs, il ne veut de bien que celui qu’il conquiert, d’autre proie que celle qu’il prend lui-même ; la tempérance, il ne mange presque jamais son gibier en entier et il laisse, comme le lion, les débris et les restes aux autres animaux. Quelque affamé qu’il soit, il ne se jette jamais sur les cadavres. »

Sans manquer au respect dû au génie de Buffon, on peut se demander si cette apologie de l’Aigle est bien le langage d’un historien de la nature. On peut même en douter.

M. Degland, naturaliste français, rapporte un trait remarquable, qui atteste la force musculaire de l’aigle et qui s’est reproduit assez souvent au Canada : deux petites filles du canton de Vaud, l’une âgée de cinq ans, et l’autre de trois, jouaient ensemble, lorsqu’un aigle de taille médiocre se précipita sur la première, et, malgré les cris de sa compagne, malgré l’arrivée de quelques paysans, l’enleva dans les airs. Après d’actives recherches sur les rochers des environs, recherches qui n’eurent d’autre résultat que la découverte d’un soulier et d’un bas de l’enfant et de l’aire de l’aigle, au milieu de laquelle étaient deux aiglons, entourés d’un amas énorme d’ossements de chèvres et d’agneaux ; un berger rencontra enfin, près de deux mois après l’événement, gisant sur un rocher, le cadavre de la petite fille, à moitié nu, déchiré, meurtri et desséché ! Ce rocher était à une demi-lieue de l’endroit où l’oiseau avait enlevé l’enfant. L’on se rappellera un fait assez analogue, qui eut lieu à Charlesbourg, près de Québec[1], il y a une quinzaine d’années, moins les résultats désastreux. L’aigle doré exhibé cet automne chez M. Couper, en cette ville, était accusé d’un semblable attentat, qui lui valut le coup de grâce[2].

Dimensions du mâle, 32 × 70 ; de la femelle, 38 × 84.


  1. Cet oiseau fut acheté par M. Prendergast de Québec.
  2. Cet aigle forme partie du musée de l’auteur.