Page:LeNormand - Autour de la maison, 1916.djvu/100

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
100
AUTOUR DE LA MAISON

nous fûmes revenus vers la maison, Zoulou, à moitié dételé, le nez sur la porte de cour, attendait qu’on lui ouvrît. Je revois encore sa bonne face épanouie, et je jurerais qu’il se moquait de nous. La langue sortie, il haletait.

La chère bête ! Que nous en parlâmes longtemps de son galop, et que nous l’avions trouvé fin, notre chien ! À vrai dire, il n’y en avait pas un qui le valût, à dix lieues à la ronde ! et un chien qui « prend l’épouvante », vous savez, ce n’est pas un animal ordinaire !


XXVII


Il y avait quatre petits Jésus dans mon village, cinq avec celui du collège, mais les petites filles n’allaient pas au collège !

Au « Sacré-Cœur », il était tout simple et modestement couché sur une botte de paille. Il reposait entouré de moutons comme il y en avait dans nos « arches de Noé ». Le « Sacré-Cœur », c’était l’oratoire des orphelins, et la Charité y remplaçait les belles statues de bergers et de rois mages. À la chapelle du cimetière, à « Bonsecours », sur le « coteau », le petit Jésus n’était pas plus riche, mais il avait quelque chose d’extraordinaire pour un bébé de cire. Vers la mi-janvier, étant de-