Page:LeNormand - Autour de la maison, 1916.djvu/110

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
110
AUTOUR DE LA MAISON

les attendiez et y pensiez sans cesse, malgré vos essais de vous en distraire ? J’ai beau lutter encore contre ces désirs irrésistibles, qui me choquent, et me font gémir sur mon imperfection, ils ne m’abandonnent pas. Si bien que, pour avoir la paix intérieure, je me cède à moi-même, je me contente ! Comme nous sommes de pauvres choses. Et penser que presque toujours les réalités nous déçoivent, et que nous ne pouvons pas nous retenir de dire : « Ce n’était que ça ? » Par contre, quand nous sommes calmes, sans impatience, sages, le bon Dieu nous envoie parfois des bonheurs ou des sentiments inattendus qui nous comblent de joie et nous font avouer : « J’aime la vie »…

Oui, j’aime la vie. J’aime la vie pour ce qu’elle a de beau !… pour cette grosse étoile qui vient de s’allumer sur le ciel encore clair, là-bas, au bout de la montagne, et qui est une lumière. Vivent toutes les lumières et toutes les étoiles : petites joies, paix, pensées divines, élans de l’âme vers un but sacré, amitiés, amours… et désirs fous, étoiles filantes qui enseignent la modération, le contentement !