Page:Le Coran (Traduction de Savary, vol. 1), 1821.pdf/11

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



PRÉFACE.


Le Coran [1] est le code des préceptes et des lois que Mahomet donna aux Arabes comme chef suprême de la religion et comme souverain. Il comprend cent quatorze chapitres divisés en versets. Tous ont des titres qui, tirés simplement d’un mot remarquable, ne sont point l’annonce des matières qu’on y traite. Tous, excepté le neuvième, ont pour épigraphe ces mots, qui sont le signe des Mahométans : au nom de Dieu clément et miséricordieux. Le Coran a pour dogme la croyance d’un Dieu unique dont Mahomet est le Prophète ; pour principes fondamentaux, la prière, l’aumône, le jeûne du mois de Ramadan et le pèlerinage de la Mecque. La morale qu’il prêche est fondée sur la loi naturelle, et sur ce qui convient aux peuples des climats chauds.


  1. Al-Coran vient du verbe kara (lire). Ce mot, composé de l’article al et de Coran, signifie la lecture. On doit écrire en français le Coran, en arabe al-Coran, de même que l’on écrit en italien il libro ; mais on ne peut pas plus dire l’Alcoran que l’Illibro, parce que c’est répéter le même article dans deux langues différentes. Persuadé qu’il est toujours temps de s’affranchir du joug d’un usage mal établi, j’ai écrit le Coran.