Page:Le Coran (Traduction de Savary, vol. 1), 1821.pdf/258

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

phelin, se nourrissent d’un feu qui consumera leurs entrailles.

12Dieu vous commande, dans le partage de vos biens entre vos enfans, de donner aux mâles une portion double de celles des filles. S’il n’y a que des filles, et qu’elles soient plus de deux, elles auront les deux tiers de la succession. S’il n’y en a qu’une, elle en recevra la moitié. Si le défunt n’a laissé qu’un fils, ses parens prendront un sixième. Si le défunt n’a point laissé d’enfans, et que ses parens soient héritiers, sa mère aura un tiers de la succession, et un sixième seulement s’il a des frères, après que l’on aura acquitté les legs et les dettes du testateur. Vous ne savez qui de vos pères ou de vos enfans vous sont plus utiles. Dieu vous a dicté ces lois. Il est savant et sage.

13La moitié des biens d’une femme morte sans postérité appartient au mari, et le quart si elle a laissé des enfans ; les legs et les dettes prélevés.

14Les femmes auront un quart de la succession des maris morts sans enfans, et un huitième seulement s’ils en ont laissé ; les legs et les dettes prélevés.

15Si l’héritier constitué d’un parent éloigné a un frère ou une sœur, il leur doit un sixième de la succession. Ils recevront un tiers s’ils sont plusieurs, après l’accomplissement légitime des legs et des dettes.

16Gardez-vous de violer ces préceptes. Ils sont émanés du Dieu savant et miséricordieux.

17Celui qui les observera et qui obéira au prophète, sera introduit dans des jardins où coulent des fleuves, séjour de délices, où il goûtera une éternelle félicité.

18Celui qui désobéira à Dieu et à son envoyé, et qui