Page:Le Coran (Traduction de Savary, vol. 1), 1821.pdf/343

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

crimes croiront au Seigneur, éprouveront les effets de sa clémence.

154Le courroux de Moïse s’étant apaisé, il prit les tables de la loi, où ceux qui ont la piété voient briller la lumière et la miséricorde du Seigneur.

155Moïse sépara du peuple soixante-dix Israélites, suivant nos ordres. Un tremblement de terre les engloutit. Seigneur, dit Moïse, tu aurais pu les faire périr avant ce jour et m’envelopper dans leur ruine. Nous extermineras-tu par ce qu’il y a eu des insensés parmi nous ? Tu égares et diriges les humains à ton gré. Tu es notre protecteur. Tu as voulu éprouver ton peuple. Aie compassion de nous et nous pardonne : ta clémence est sans bornes.

156Verse tes dons sur nous dans ce monde et dans l’autre puisque nous sommes retournés à toi. Dieu répondit : Je choisirai les victimes de mes vengeances. Ma miséricorde s’étend sur toutes les créatures. Elle sera le prix de ceux qui ont la piété, qui font l’aumône prescrite, et qui croient à mes commandemens.

157Ceux qui croiront au prophète que n’éclaire point la science humaine et dont le Pentateuque et l’Évangile font mention ; ceux qui l’honoreront, l’aideront et suivront la lumière descendue du ciel, auront la félicité en partage. Il commandera la justice, proscrira l’iniquité, permettra l’usage des alimens purs, défendra ceux qui sont immondes, et déchargera les fidèles de leurs fardeaux et des chaînes qu’ils portaient.

158Dis : Je suis l’interprète du ciel. Ma mission est divine. Elle embrasse tout le genre humain. Il n’y a de Dieu que le souverain du ciel et de la terre. Il

11
Ire. part.