Page:Le Coran (Traduction de Savary, vol. 1), 1821.pdf/350

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


201Mais les infidèles ne pourront plus dissiper le nuage ténébreux que Satan épaissira autour d’eux.

202Si tu ne fais briller à leurs yeux quelque signe éclatant, ils diront : De quelles fables viens-tu nous bercer ? Réponds-leur : Je ne vous prêche que ce que le ciel m’a révélé. Ce livre renferme les préceptes divins : il est la lumière des croyans, et le gage de la miséricorde divine.

203Écoutez en silence la lecture du Coran, afin que vous soyez dignes de la clémence du Seigneur.

204Entretiens dans ton cœur le souvenir de Dieu. Prie-le avec crainte, avec humilité, et sans l’ostentation des paroles. Remplis ce devoir soir et matin.

205Les anges qui sont dans la présence du Très-Haut, loin de refuser orgueilleusement d’obéir à ses lois, le louent, et l’adorent sans cesse.



CHAPITRE VIII.
Le Butin.
donné à Médine, composé de 76 versets.

Au nom de Dieu clément et miséricordieux.


Ils t’interrogent au sujet du butin [1]. Réponds leur : Il appartient à Dieu et à son envoyé. Craignez le Seigneur. Que l’amitié règle vos partages ; et, si vous êtes fidèles, obéissez à Dieu et au prophète.


  1. Le partage du butin après le combat de Beder ayant fait naître des différens entre les croyans, Mahomet fit descendre ce chapitre où il établit les lois que l’on doit observer à ce sujet.