Page:Le Coran (Traduction de Savary, vol. 1), 1821.pdf/387

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

la parole à son peuple, il dit : Si mon séjour au milieu de vous, et la prédication des commandemens de Dieu, vous sont à charge, mon unique confiance est dans le Seigneur. Rassemblez vos efforts et vos divinités ; agissez au grand jour ; ordonnez contre moi, et ne balancez pas un instant.

73Si vous rejetez mes instructions, je ne vous en demande point le prix ; je n’attends de récompense que du ciel ; il m’a commandé d’embrasser l’islamisme.

74Noé fut traité d’imposteur. Nous le sauvâmes dans l’arche avec sa famille. Nous avons établi sa postérité sur la terre. Ceux qui niaient notre doctrine furent ensevelis dans les eaux. Voyez quelle est la fin des incrédules.

75Après Noé, nous envoyâmes aux nations des apôtres avec la puissance des miracles. Elles refusèrent de croire ce qu’elles avaient nié auparavant. C’est ainsi que nous endurcissons le cœur des prévaricateurs.

76Dans la suite nous chargeâmes Moïse et Aaron d’annoncer nos volontés à Pharaon et à ses courtisans. Elles furent reçues avec mépris par un peuple corrompu.

77Ils virent la vérité, et ils la taxèrent de mensonge.

78Est-ce ainsi, dit Moïse, que vous parlez de la vérité qui vous éclaire ? Sont-ce là des prestiges ? Les magiciens ne prospéreront point.

79Avez-vous résolu, s’écrièrent les courtisans, de nous faire abandonner la religion de nos pères, et de commander parmi nous ? Nous ne croirons point.

80Pharaon ordonna qu’on lui amenât tous les mages habiles ; et lorsqu’ils furent venus, Moïse leur dit : jetez vos baguettes.

81Ils obéirent. Le Seigneur, ajouta le prophète, va