Page:Le Coran (Traduction de Savary, vol. 1), 1821.pdf/407

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

plies sur Abraham et Isaac, parce qu’il est savant et sage.

7L’histoire de Joseph et de ses frères servira d’exemple à la postérité.

8Les frères de Joseph tinrent entre eux ce discours : Joseph et Benjamin ont toute la tendresse de Jacob ; cependant nous valons mieux qu'eux. Il nous fait une injustice marquée.

9Mettons Joseph à mort, ou l’envoyons dans une terre étrangère, afin que le cœur de notre père nous soit ouvert. Dans la suite nous nous convertirons.

10Ne trempons point nos mains dans le sang de notre frère, répondit l’un d’eux ; descendons-le dans une citerne profonde ; quelque voyageur l’emmènera.

11Pourquoi, dirent-ils à Jacob, ne nous confies-tu pas Joseph ? Nous le conserverions avec soin.

12Laisse-le partir demain avec nous, afin qu’il se livre en liberté aux amusemens de l’enfance. Repose-toi sur nous du soin de ses jours.

13Je vous le remets en tremblant, dit Jacob [1] ; je crains votre négligence ; je crains que mon fils ne devienne la proie d’une bête féroce.

14Si une bête féroce l’attaque, nous sommes en grand nombre, et nous périrons pour le défendre.

15Ils partirent et convinrent de le descendre dans une citerne. Nous lui révélâmes qu’il raconterait cette action à ses Èères, sans qu’ils passent la comprendre.

16Ils revinrent le soir trouver Jacob, et ils pleuraient.

17Nous nous exercions à la course, lui dirent-ils, et


  1. La crainte de Jacob venait de ce qu’il avait vu en songe une bête féroce dévorer Joseph.
15
Ire. part.