Page:Le Coran (Traduction de Savary, vol. 2), 1821.pdf/196

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

CHAPITRE XXXV.
Les Anges [1].
donné à La Mecque, composé de 45 versets.

Au nom de Dieu clément et miséricordieux.


Louange à Dieu, architecte des cieux et de la terre ! Les anges sont ses messagers. Il leur a donné deux, trois et quatre ailes. Il favorise à son gré ses créatures, parce que sa puissance est sans bornes.

2Rien ne peut arrêter le cours de ses bienfaits, ni les procurer contre sa volonté. Il est le Dieu dominateur et sage.

3Mortels, souvenez-vous de ses grâces. L’univers connaît-il un autre créateur ? Un autre vous dispense-t-il les trésors du ciel et de la terre ? Il est le Dieu unique. Pourquoi vous éloignez-vous de son culte ?

4Ils nieront ta mission. Ainsi furent traités les premiers apôtres ; mais Dieu est le terme de toutes choses.

5Mortels, les promesses de Dieu sont véritables. Que les charmes de la vie mondaine ne vous enivrent pas ; que le tentateur ne vous fasse pas tomber dans ses piéges.


  1. Celui qui lira le chapitre des anges verra un jour les huit portes du paradis s’ouvrir devant lui, et il entrera par celle qu’il voudra. Zamchascar.