Page:Le Coran (Traduction de Savary, vol. 2), 1821.pdf/286

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

faut. Celle qu’attaquent vos médisances peut valoir mieux que vous. Ne vous diffamez point mutuellement. Ne vous donnez point de noms vils. Un terme de mépris ne convient point à celui qui a la foi. Ceux qui ne se corrigent pas de ces vices sont prévaricateurs.

12O croyans ! soyez circonspects dans vos jugemens. souvent ils sont injustes. Mettez des bornes à votre curiosité. Ne déchirez point la réputation des absens. Qui de vous voudrait manger la chair de son frère mort ! Vous avez horreur de cette proposition. Craignez donc le Seigneur. Il est indulgent et miséricordieux.

13Mortels, nous vous avons formés d’un homme et d’une femme, nous vous avons partagés en peuples, en tribus, afin que l’humanité règne au milieu de vous. Le plus estimable aux yeux de l’éternel est celui qui le craint. Dieu possède l’immensité de la science.

14Les Arabes disent : Nous croyons. Réponds-leur : Vous ne croyez point. Dites : Nous professons l’islamisme [1]. La foi n’a point encore pénétré vos cœurs ; mais si vous obéissez à Dieu et au prophète, vos œuvres ne perdront rien de leur prix. Le Seigneur est indulgent et miséricordieux.

15Les vrais fidèles sont ceux qui, libres du doute, croient en Dieu, à son apôtre, et sacrifient, pour défendre la cause sainte, leurs vies et leurs richesses.


  1. La différence que les Mahométans mettent entre la foi et l’islamisme, c’est que l’une est la croyance intérieure, et l’autre est la marque extérieure de cette croyance par des actes religieux. Maracci.