Page:Le Coran (Traduction de Savary, vol. 2), 1821.pdf/333

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



CHAPITRE LXII.
Le Vendredi [1].
donné à Médine, composé de 21 versets.

Au nom de Dieu clément et miséricordieux.


Les cieux et la terre louent l’Éternel ; il est le roi saint, puissant et sage.

2C’est lui qui a suscité, au milieu d’un peuple aveugle, un apôtre pour lui expliquer la foi, le purifier, et lui enseigner la doctrine du livre de la sagesse. Avant lui, les Arabes étaient ensevelis dans de profondes ténèbres.

3Il en est parmi eux qui ne se sont pas encore élevés à la pureté de l’islamisme ; mais Dieu est puissant et sage.

4La perfection est une grâce du ciel. Dieu la donne à qui lui plaît. Sa libéralité est infinie.

5Ceux qui ont reçu le Pentateuque et qui ne l’ont pas observé, sont semblables à l’âne qui porte des livres. Malheur à ceux qui abjurent la religion sainte ! Dieu n’est point guide des impies.


  1. Le jour de fête des mahométans est le vendredi. Ils le nomment elgemaa, l’assemblée. C’est le seul où ils sont obligés d’aller au temple. Ils y entrent vers onze heures et demie et prient pendant une heure. Le reste du jour et de la semaine ils sont libres, si l’on excepte les fêtes du Ramadan et du Beiram.