Page:Le Goffic - Poésies complètes, 1922.djvu/205

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



LE PARDON DE LA REINE ANNE[1]


Pour les Bretons de Paris.


« Mona, Mona, demain c’est l’aube douloureuse ;
Demain je m’en irai sur la route poudreuse,
Et la lande et l’enclos plein d’ombre et le palus,
Qui s’ouvre au vol lassé de la brune macreuse,
Et ta bouche et tes yeux, je ne les verrai plus.

  1. C’est le nom donné par les Bretons de Paris à leur fête annuelle de Montfort-l’Amaury (Seine-et-Oise). Montfort faisait partie de l’apanage des ducs de Bretagne jusqu’à la réunion de cette province à la France, par le mariage d’Anne de Bretagne avec Charles VIII, puis avec Louis XII