Page:Le Parnasse contemporain, III.djvu/302

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Mais une goutte de rosée
Doit être pour eux le soleil.

Le bourdon, portant sur son aile
Les sept couleurs de l’arc-en-ciel,
Plonge un moment sa tête frêle
Dans un calice plein de miel ;

L’araignée, ardente et légère,
Devant sa toile fait le guet ;
Un ciron va d’une fougère
Sur une branche de muguet.

Des fourmis passent affairées,
Portant des fardeaux dans leurs mains,
Et vont en colonnes serrées
Ainsi que des soldats humains.

Ou du bout de sa tentacule
L’insecte au frêle corselet
Du cœur bleu d’une renoncule
Exprime une goutte de lait.

Je vois scintiller comme un rêve
Son élytre aux mille couleurs ;
Soudain il tombe et se relève
Au fond d’un abîme de fleurs ;

Mieux que dans les pages d’un livre
Sous les arbres de la forêt