Page:Le Parnassiculet contemporain, 1872.djvu/41

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 29 —


« Quarante et un hameaux ; soixante-quatre femmes ;
« Cent cinquante-huit enfants ; vingt canots de dix rames
« Et, pour ensemencer et cultiver mes champs,

« Cinq cent trente Bouloux pris aux tribus voisines,
« Superbes et luisants. Pendus dans mes cuisines,
« Huit neptunes tout neufs ; un colossal grelot ;

« Dix couteaux de Sheffied ; un sabre, une cravache ;
« Pour serrer mes habits, un coffre en cuir de vache
« Sur lequel est écrit le nom de Γοδιλλοτ ;

« Cinq gilets de Satin Bajatupot, Romale,
« Korot et Chiloet ; un très-grand singe mâle ;
« Et, pour chasser d’ici les sinistres esprits,

« Sur un tronc de Khaya mon Fétiche se dresse,
« Montrant ses rouges dents. Avec beaucoup d’adresse
« J’ai constellé son front de mes nombreux gris-gris.

« Un Oukoundou puissant, fait des os d’une Morte
« Qui fut ma Sœur, je crois, est caché sous ma porte
« Et défend ma maison. Le jour de mon trépas,

« En mon honneur seront, aux sons doux, aux sons graves
« Des Ibékas Goumbis, égorgés cent esclaves.
« Mes femmes pleureront et danseront un pas.