Page:Le Parnassiculet contemporain, 1872.djvu/58

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 46 —



ABSINTHE


Apocalypse, ch. VIII
(10-11).




L’ange de l’Apocalypse,
Lumineux épouvantail,
Réveille l’humain bétail
Sur la montagne de gypse.

Il développe l’éclipse,
Ainsi qu’un noir éventail,
Et la planète en travail
S’arrête sur son ellipse.

L’herbe pousse au bord abject ;
Elle embaume l’air infect ;
Le cristal se coule et tinte ;

Au fleuve l’Étoile choit,
Verte… Et le poëte boit
Le poison qu’il nomme ABSINTHE !