Page:Le Songe de Poliphile - trad. Popelin - tome 1.pdf/397

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


la frise. Une corniche convenable, composée en très-bel artifice, la surmontait. Tout le long de cette corniche et sur sa partie droite, dans l’aplomb des pilastres, à des distances parfaitement ordonnées, se trouvaient des vases de formes très-antiques, hauts de plus de trois pieds, en calcédoine, en agate, en améthyste vermeille, en grenat, en jaspe, alternant de couleur, d’un travail insigne et varié, très-délicatement sculptés, avec la panse ornée principalement de canaux obliques ou droits, décorés d’anses magistrales et parfaites. En droite ligne au-dessus de chaque couronne de pierreries, sur la corniche même, se dressaient des poutrelles carrées, hautes de sept pieds, brillantes de dorure, creuses, ayant, au-dessus, des poutrelles semblables allant ainsi tout autour de l’édifice. Par le travers courait une manière de treillage divisé tout à fait régulièrement. De chacun des vases, situés aux quatre angles, s’élevait une poutrelle avec un plan de vigne qui l’accompagnait ; mais, contre celles qui sortaient des autres vases, croissaient alternativement une vigne et un convolvulus d’or d’espèces différentes. Ces plantes rampaient le long des poutrelles transversales en étendant au large leurs rameaux libres et, se nouant dans un gracieux enlacement, formaient un superbe assemblage qui recouvrait toute cette cour, en forme de plafond magnifique d’une richesse inestimable, de feuilles diverses faites de splendides émeraudes Scythiques[1] d’un effet plus charmant que n’eut jamais celle dans laquelle était imprimée la figure d’Amymone[2]. Quant aux

  1. Les Anciens n’ont pas connu la véritable émeraude qui vient d’Amérique. Parmi les douze sortes d’émeraudes qu’ils avaient, ils mettaient au premier rang les Scythiques : Nobilissimi Scythici… Et quantum smaragdi a gemmis distant, tantum Scythici a cæteris smaragdis. (Pline, XXXVII, 9.).
  2. Émeraude achetée à Chypre au prix de six deniers d’or par le