Page:Le Voyage des princes fortunez - Beroalde, 1610.pdf/727

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
684
Le uoyage des Princes


Sage Fee, l’Empereur eſt bien marry de voſtre mal, dont vous pouuez vou accuſerſeule cauſe. ft veut que tout ſoit oublié, & que vous ſoyez reſta blie pour eſtre comme auparauant. Et pour ce qui eſt d’Amour, le Conſeil vous promet de vou prou noir : auſurplus, vous eſtes enuoyee à Gnoriſe pour eſtre reſtituee en voſtre premier eſtat.

Incontinant Gnoriſe ſortit du parquet, & pre nant Epinoiſel’emmena dehors. Cependant le reſte des cauſes fut plaidé. Et la Fee † condui te en vne des cellules du Palais des ſecrets : là e ſtantauec Gnoriſe elle ſe deſcouure, & elle luy appliqua ſur le caractere de feu qu’elle auoit en la cuiſſe, vn remede fait de mercure corporel, de baume d’axunge de mulet, de ſel de talx, d’eſ ſence d’Iris, & d huyle de Saturne, qui auſſitoſt enleua la cicatrice qu’elle laua d’vn peu deſſence delin, puis d’vn peu d’huile de talk, ſi que depuis n’y a paru, la peau en peu de iours eſtant rentree en ſon naturel, & partant Epinoiſe oſtee de la eine où elle eſtoit touchant ceſte marque ſerui e, & de là elle fut renuoyee au Palais de plaiſan ce, où eſtoient les Dames auec Lofnis & Olo cliree. Belles ames qui prenez plaiſir à ces ren contres & qui meſurez vos amours au pied de ces paſſions, ne penſez pas que nous vous repre fentions toutes les circonſtances des amours, ſi nous y taſchions ſeulement, nos diſcours tire roiental’infini, vn ſeul amour ſeroit capable de nous y ietter. Nous ne mettons deuant vos yeux que ce que nous auons recueilly de plus delié de ce quia eſté deduit en la preſence de ce grand Empereur, auquel s’adreſſoient les actiōs