Page:Le Voyage des princes fortunez - Beroalde, 1610.pdf/75

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
42
Le uoyage des Princes

_________________________________________________________________


DESSEIN CINQVIESME.


Feriſtee conſeruee par le Taliſmam de la canicule, ſe retire en vn village chez vn Baſteleur, elle oyt dire que le Roy eſt tres-malade, ſurquoy elle conſeille au Baſteleur d’aller trouuer le Roy, & luy promettre guariſon. Le baſteleur ſous la feinte d’vn ſinge preſente Feriſtee au Roy qui la reçoit magnifiquement.


ES murailles de la ville vers l’Orient d’eſté, eſtoit vne ſorte & ſpatieuſe tour, où le Roy Roſolfe faiſoit nourrir quatre grands chiens fiers comme lyons & ſi malins, que pour ceſte cauſe on les nommoit dāgereux, auſſi leurs déts auoyēt executé quelquefois la iuſtice, ſur les corps d’aucuns qui auoyent cōſpiré contre l’Eſtat, ces chiēs eſtoient enchaiſnez à des chaines aſſez longues & fortes, où l’on les tenoit attachez, de peur qu’ils ne ſortiſſent par le grād canal des immōdices. Le Roy ayant commandé, les ſoldats, biē que ce fuſt à grand regret, l’executerent, expoſans aux chiens ceſte innocente : mais aſſez temeraire beauté, qui n’eſtoit couuerte que de ſa ſeule chemiſe, auec vn ſimple friſon, certainement les regrets, & d’elle & d’eux, eſtoyent piteux : mais l’obeiſſance qui eſtoit extreme, rauit aux ſoldats tout moyē de faire plaiſir à la Dame, laquelle auec des doleāces infinies ils coulerent vers les chiens où la deſolee eſtant, la trape fut refermee. Les chiēs accoururēt