Page:Le Voyage des princes fortunez - Beroalde, 1610.pdf/813

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
766
Le uoyage des Princes


te ſa deſiree Etherine, auant que la ſemaine fut acomplie.

_________________________________________________________________


DESSEIN CINQUIESME.


Gnoriſe parle à l’Empereur. Le marchand de la figure d’argent uient demander ſon don. Le grand melaucholique ſe preſente, & eſt recognu & honoré. L’Empereur ſe plaint & accuſe. La liqueur notable.



AV temps que l’Empereur ſe deuoit trouuer pour comparoir en la ſale d’innocence, il y fut introduit & il vid là vne notable magnificence, tout y eſtoit abondamment, biē en ordre, entre autres au bout d’enhaut, il y auoit vne tapiſſerie releuee d’or ſemblable à toute l’autre, mais elle eſtoit enrichie de plus viues couleurs, qui depuis les orees iuſques au milieu rehauſſoyent tellemēt leur couleur, que là eſtoit vn vermeil plus exquis qu’en tout le reſte. Les ſieges de la ſale eſtoyent autrement diſpoſez qu’aux autres. La Souueraine auoit ſon throſne releué au lieu qui lui appartenoit, & le ſiege de l’Empereur eſtoit au bas en vn lieu d’eminence moindre, mais royale. Aux pieds de la Souueraine eſtoit la place de Gnorise, & aux lieux proportiopnez, les ſeances de ceux qui deuoyent aſſiſter à ceſte grande ceremonie, toutes les obſeruations acheuees Gnorise ſe leva, & fit la reuerence à la Souueraine, puis ſe tournant vers l’Empereur lui dit : Il