Page:Le peintre graveur-volume 1.djvu/9

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


PRÉFACE.




L’estampe faite par un graveur d’après le dessin d’un peintre, peut être parfaitement comparée à un ouvrage traduit dans une langue différente de celle de l’auteur ; et comme une traduction ne peut être exacte que quand le traducteur s’est pénétré des idées de l’auteur, de même une estampe ne sera jamais parfaite, si le graveur n’a le talent de saisir l’esprit de son original, et d’en rendre la valeur par les traits de son burin. Cependant le traducteur et le graveur qui possèdent cette qualité, sont rares l’un et l’autre.

À cet égard les estampes gravées par les auteurs, c’est-à-dire, par les peintres mêmes, ont presque toujours l’avantage sur celles des graveurs, en ce qu’il ne peut s’y