Page:Leblanc - Le Chapelet rouge, paru dans Le Grand Écho du Nord, 1937.djvu/40

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


isolément pour marquer leurs contradictions… Moi, j’aime mieux le choc immédiat. Ils n’ont pas le temps de réfléchir, et l’étincelle peut jaillir plus aisément. »

Le comte d’Orsacq était survenu au milieu du conflit. Il montrait un visage altéré par l’insomnie et par le désespoir. Quelle que fût sa conduite privée dans la vie, il avait toujours entretenu avec sa femme des relations affectueuses, et cette mort affreuse devait le bouleverser.

Il écouta, puis, s’approchant de Ravenot, lui dit :

« Assez parlé, Ravenot. Monsieur le Juge d’instruction, vous n’avez pas besoin d’eux ?

— Pas pour le moment.

— Alors… laissez-nous, Ravenot. »

Le ménage Ravenot sortit. Avec l’intervention du comte, l’atmosphère changeait. On sentait en lui la volonté implacable d’atteindre le but et de venger la mort de sa femme. Son visage douloureux et tourmenté exprimait une énergie sans bornes, et un effort de toutes ses facultés pour comprendre et pour savoir. Influencé par cette maîtrise, M. Rousselain prononça, comme s’il avait obéi à un plan d’enquête mûrement réfléchi :

« J’ai réuni ici toutes les personnes qui se trouvaient sur la berge, hier soir. Je fais appel à leurs souvenirs pour que nous puissions tout d’abord établir si le cambriolage a été exécuté par quelqu’un du dehors ou par quelqu’un du château. Ce sont les indices sur le vol qui amèneront les indices sur le crime. »

Et le juge d’instruction commença, avec d’autant plus de fermeté qu’il allait tout à fait au hasard :

« Monsieur Bresson, c’est vous qui avez allumé les ampoules disposées de place en place sur les arbres ?

— C’est moi, monsieur le Juge d’instruction. Il m’a suffi pour cela de tourner un commutateur, au coin du vestibule.

— L’expérience sera faite en pleine obscurité. Mais, dès maintenant, vous pouvez me dire si cette partie du parc était suffisamment éclairée pour que l’on pût voir les personnes qui s’y trouvaient ?

— Suffisamment. La rive face au château était en pleine lumière.

— Vous étiez seul sur le radeau avec Mme Bresson ?

— Seul avec ma femme.

— Et vous avez vu arriver ?…

— D’abord nos amis Vanol et Boisgenêt, et ensuite M. d’Orsacq, Mme et M. Debrioux.

— Cette petite fête a duré combien de temps ?

— Environ quarante minutes, n’est-ce pas, Boisgenêt ?

— Oui, environ, dit celui-ci.

— Et, pendant ces quarante minutes, vous n’avez perdu de vue aucune des personnes qui assistaient au spectacle ?

— Je vous avouerai, monsieur le Juge d’instruction, que je ne m’occupais pas d’elles. Le radeau se dirige à la perche et j’étais tout à mon affaire.

— Et vous, madame ?

— Je m’occupais des lanternes vénitiennes.

— Cependant, vous avez pu voir…

— Certes, puisque au début j’ai vu qu’il y avait des personnes contre la balustrade. Je crois bien que Vanol s’était éloigné vers les grottes, n’est-ce pas, Vanol ?

— Oui, répondit celui-ci. J’avais froid et je désirais m’abriter. Bernard Debrioux m’a demandé du feu, et nous avons suivi la rivière ensemble, du côté de la première grotte.

— Et M. Boisgenêt ? »

Boisgenêt étendit la main solennellement :

« Je le jure sur l’honneur que j’ai été chercher mon pardessus. Du reste, j’étais avec vous, d’Orsacq ?

— En effet, dit le comte. Vous vous êtes plaint tout de suite de la fraîcheur, et vous êtes parti… juste le temps d’aller et de revenir.

— Vous voyez ! s’écria Boisgenêt, triomphant et soulagé, comme s’il avait échappé à l’échafaud. Vous voyez ! Il en a du culot, le maître d’hôtel !

M. Rousselain se tourna vers Jean d’Orsacq.

— Vous étiez, monsieur, avec M. et Mme Debrioux ?

— Oui, dit le comte, puis seul avec Mme Debrioux quand mon ami Bernard s’est éloigné avec Vanol. Un instant, madame a voulu monter sur le radeau, puis elle a eu peur. La pluie commençait. Nous nous sommes abrités sous les ruines d’un ancien pigeonnier, à gauche.

— Et vous n’avez rien remarqué de spécial ?

— Rien.

— Vous non plus, madame ? demanda le juge à Christiane.

— Rien de spécial, monsieur le Juge, répondit Christiane. Je ne pensais d’ailleurs pas à observer quoi que ce fût. J’étais distraite par l’averse et n’avais d’autre idée que de rentrer.

— Quelle heure était-il ?