Page:Leconte de Lisle - Derniers Poèmes, 1895.djvu/127

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



DEUXIÈME PARTIE


Bois et Rochers de Pythô.



SCÈNE PREMIÈRE


KRÉOUSA, UN VIEILLARD.


KRÉOUSA.

Ô vieillard, serviteur de l’antique Maison
De mes pères, les Dieux ont troublé ma raison,
Et d’un âpre chagrin mon âme est tourmentée.
Viens, approche, entends-moi, sage ami d’Érékhthée ;
Conseille ma douleur et sache me venger !


LE VIEILLARD.

De quel outrage, enfant ? De qui ?


KRÉOUSA.

                                                De l’Étranger,
De Xouthos, d’Apollôn ! Tous m’ont trahie ! Écoute,