Page:Leconte de Lisle - Histoire populaire du Christianisme, 1871.djvu/108

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

en 1142. Son corps fut porté au Paraclet, abbaye qu’il avait fondée près de Nogent-sur-Seine, et où vivait la célèbre Héloïse, sa maîtresse, qui voulut être inhumée dans le même tombeau.

Le Concile de Latran condamna, cette même année 1139, Arnaud de Brescia qui refusait aux ecclésiastiques le droit de posséder, et rejetait le baptême des enfants, le sacrifice de la messe, les prières pour les morts et le culte de la croix.

Le pape Innocent II mourut le 24 septembre 1143. Célestin II lui succéda.. Celui-ci, étant mort cinq mois après, eut pour successeur Lucius II, qui ne vécut pape qu’un an. Eugène III fut élu.

En 1146, saint Bernard prêcha la seconde croisade au Parlement de Vézelay, en Bourgogne. Une première armée de 70 000 hommes partit sous le commandement de Konrad, empereur d’Allemagne, bientôt suivie de 80 000 hommes conduits par le roi de France Louis VII. L’empereur de Constantinople, Manuel Comnène, beaucoup plus effrayé de la croisade que ne l’étaient les Sarrasins, fit tout ce qu’il put pour anéantir ses coreligionnaires qui, d’ailleurs, pillaient, violaient, massacraient et incendiaient tout sur leur passage. Il en revint fort peu en Europe.

En ce temps-là, un noble breton, nommé Éon, prétendait qu’il était fils de Dieu et juge des vivants et des morts. Il appuyait son opinion à cet égard sur ces paroles qui terminaient la formule des exorcismes : Per Eum qui judicaturus est, ce qui signifie : Par celui qui doit juger. Or, Eum voulant dire Celui, et cet ingénieux Breton se nommant